Histoire d’un chat qui retombe toujours sur ses pattes ? À propos d’un usage de la corruption par l’État-parti viêtnamien

Ce texte propose une interprétation de deux articles parus dans un journal viêtnamien – Nhân Dân, organe officiel du parti communiste et donc également « voix de l’État et du peuple ». Ils relatent des actes de corruption qui ont donné lieu à des plaintes et des émeutes. Je fais l’hypothèse qu’on peut les voir comme une mise en scène d’un discours de la désignation et de la distinction qui légitime la politique de libéralisation menée par le parti communiste viêtnamien depuis les années 1980.

corruption_1Cet essai de compréhension repose sur une double lecture, systématique, qui appréhende ces articles à la fois comme une description d’un réel (d’une situation) et une scène qui adresse simultanément des messages différents à des lecteurs ainsi différenciés. Pourquoi je m’autorise cette lecture ? Deux postulats qu’on peut évidemment discuter la guide. En premier lieu, à la fois un facteur socio-politique, c’est-à-dire un contexte communiste (avec les représentations plus ou moins fondées de contrôle social que nous nous en donnons) et un facteur culturel, c’est-à-dire, pour schématiser, l’« Asie », l’empire ou l’emprise des sens si l’on préfère (avec les représentations plus ou moins fondées d’un monde où tout fait sens, tentation toujours grande chez l’orientaliste dont je ne suis, mais dont je ne peux me départir d’en épouser certaines façons de penser). En second lieu, qui découle logiquement du premier, l’intervalle de temps entre le moment des événements (juin 1997) et leur compte-rendu sous forme d’articles dans le Nhân Dân (septembre 1997) : en gros, je postule des intentions, à savoir une écriture longuement réfléchie pour faire sens au-delà ou en-deçà de la littéralité du texte.

Les deux articles dont il va être question ont paru dans le Courrier du Vietnam, n° 990 et 997 du 14 et 21 septembre 1997. Ce sont les traductions hélas partielles d’une série d’articles publiés dans le Nhân Dân à partir du 8 septembre 1997. L’impossibilité d’accéder aux originaux grève bien entendu l’essai d’interprétation. L’inconvénient réside moins dans l’effet potentiel sur mon commentaire – je peux raisonnablement faire l’hypothèse (qui serait à vérifier) que l’explication resterait globalement orientée dans la même direction – que dans le fait que je ne puis effectuer une analyse de langue elle-même, du choix des mots notamment.

Ces deux articles sont intitulés Thai Binh : pourquoi ? et sont divisés en quatre parties, Les causes, « L’effet boule de neige », La nature des erreurs, Leçons et solutions.
thai-binhCes articles concernent donc des actes de corruption perpétrés dans diverses communes de la province de Thai Binh. Ils ont provoqué, dans 128 communes (soit 45 % des communes de la province), des plaintes qui ont dénoncé la vente pour usage personnel de terres communales, la levée de taxes pour des travaux censées être publics mais en réalité détournés de leurs objectifs, la levée de taxes pour la constitution de caisses sociales dont l’utilisation reste à discrétion des pouvoirs locaux, les coupes claires dans les caisses sociales communales (santé, crédit aux pauvres, etc.).

Nhân Dân pose le constat que “ L’allégresse générale a donné lieu à des aberrations dans le lancement d’appel d’offres – un terrain fertile pour les phénomènes négatifs ”. Il me permet de tracer brièvement le cadre dans lequel la corruption a pris corps dans un but purement d’information générale et non un but d’explication, à savoir en quoi ce cadre constitue un contexte véritablement incitatif au phénomène de corruption qui est du propos de cette contribution.
Ce que l’« auteur » appelle « allégresse générale » renvoie à la mise en œuvre de la politique de la « Rénovation » lancée en décembre 1986 lors du VIème congrès du parti communiste.

Truong Chinh
Truong Chinh (1907-1988)

Cette date marque un tournant dans l’économie viêtnamienne, un changement du mode de penser et de travailler pour reprendre les mots prononcés à cette occasion par le principal théoricien du parti et chef d’État Truong Chinh. Rompant avec l’orthodoxie en matière de conduite des affaires économiques, la Rénovation marque en effet une rupture avec un mode de gestion centralisé à planification impérative dans la mesure où il instille des préceptes de l’économie de marché (concernant le système de prix, les formes de propriété, le système de subventions, etc.). Elle promeut aussi une politique plus décentralisée au profit des provinces. Au niveau agricole, elle se traduit également par une poursuite plus franche de la décollectivisation en instaurant le « contrat 10 » qui organise la distribution des terres aux paysans et réduit les prérogatives des coopératives en matière de production. Au niveau international, la Rénovation marque le début d’une intégration à l’économie mondiale en ouvrant le pays aux capitaux étrangers et en commerçant de plus en plus avec les pays non socialistes. En particulier, les échanges avec les voisins asiatiques (Japon, Corée du Sud, Singapour, Thailande) est en pleine croissance. La normalisation des relations avec les États-Unis et l’adhésion à la zone de libre échange de l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est) constituèrent en 1995 des étapes importantes de ce processus. À titre d’exemples et pour fixer les idées, en 1989, le Viêt Nam devient le troisième exportateur mondial de riz avec 1.5 millions de tonnes alors même qu’il était (officiellement) déficitaire deux années auparavant ; en 1990, la production agricole augmente de plus de 10 % pour ralentir en 1992 et 1993 (respectivement 6 % et 2 %) ; en 1993, et pour la troisième année consécutive, le PNB croît de 8 %.

logo-nhandanMais revenons aux écrits parus dans Nhân Dân. L’hypothèse est donc que cette série d’articles affirme ou ré-affirme le pouvoir de désigner et de hiérarchiser de l’État-parti. C’est-à-dire, le pouvoir de positionner les individus et les institutions « locales » dans un ordre social hiérarchisé de manière à ce que la projection de l’État-parti (que je nommerai aussi le « Centre ») y apparaisse comme son seul principe de cohérence et de paix sociale, son unique principe moral.

Les articles s’adressent à cet effet à trois auditoires distincts, le peuple et ce qui est indiqué comme les « nouveaux pouvoirs », à savoir les autorités locales et les cadres locaux. C’est parce que le pouvoir étatique d’assignation des personnes dans les catégories d’un ordre symbolique est contesté par la corruption et par de nouvelles formes de pouvoir – et plus généralement par les conséquences mal contrôlées de la libéralisation économique –, que l’État-parti cherche à rendre visible sa présence et son autorité à travers une sorte de « sémiotechnique » (de techniques de discours envisagés avant tout dans leur dimension de signes, pour faire « signe ») où chaque catégorie existe dans le fait d’être mise en relation avec le Centre ce qui permet d’en souligner à la fois la puissance et la légitimité.

L’affirmation de la moralité de l’État-parti
Le Nhân Dân le relève à de multiples occasions, sous la forme du schéma suivant : « lorsqu’on applique mes directives de manière vertueuse, les actions menées localement sont justes ». En creux est allégué qu’il n’y a pas de bonne politique, c’est-à-dire bénéfique pour le peuple, en dehors d’une ligne morale que le Centre incarne. À l’opposé, les institutions « locales » sont donc automatiquement désignées comme indignes d’appliquer la nouvelle politique en l’absence d’une éthique basée sur les qualités d’honnêteté et de moralité.corruption_2

Ainsi, le texte rappelle la nécessité de la mobilisation financière et du soutien du peuple, en application de la devise : « L’État et le peuple conjuguent leurs efforts ». Les articles soulignent que ce mot d’ordre proclamé par le Centre est juste et bon pour le peuple. De même, lorsqu’il est dressé un tableau des réalisations (électrification, routes, écoles) pour lesquelles Nhân Dân stipule qu’il est normal que les habitants y contribuent, c’est pour en attribuer les mérites, via le “ Comité local du PCV qui avait mis en place les politiques judicieuses ”, à la puissance d’État. Mais dans le même temps, l’État-parti est dédouané de toute dérive locale en faisant remarquer que le problème de la mobilisation et de l’utilisation des fonds reste de la responsabilité des autorités locales. Le message est donc en substance : ce n’est pas la nouvelle politique de la Rénovation qui est mauvaise, mais les modalités de sa mise en œuvre au niveau local. Plus précisément, parce que les hommes sont mauvais. Pour mieux mettre ce fait en avant, Nhân Dân rappelle à ce propos que la province de Thai Binh est une région très tôt acquise au Parti communiste, une région donc “ riche en traditions révolutionnaires ” ; mais établit dans le même temps que des « anciens » – notons la force du terme dans un pays de culture sino-confucéenne valorisant la piété filiale –, cadres du parti, ont également “ succombé face à l’argent facile ”. Peut-être est-ce là le moyen de dire que ceci est d’autant plus impardonnable. Il me semble toutefois que Nhân Dân chercherait plutôt à faire état que la puissance du marché peut corrompre les « âmes » les mieux trempées – et donc l’âme nationale – que cette province exemplaire incarne. Et en conséquence, qu’il y a nécessité d’une action forte de l’État-parti pour moraliser, renforcer son contrôle sur les cellules locales du parti et les autorités locales, certainement trop indépendantes vis-à-vis du Centre et de son “ influence bénéfique ”. Nhân Dân explicite cela, d’une part, en rappelant l’exigence d’une démocratie interne – question de crédibilité externe, ce message s’adresse je crois avant tout au peuple –, et, d’autre part, en soulignant que le contournement des “ critiques internes franches ” est néfaste – le message s’adresse là aux membres du Parti et suggère que la lutte interne est indispensable pour garder une dynamique révolutionnaire.

En négatif apparaît ainsi toujours la vertu de l’État-parti, unique garant des libertés pour tous. Le texte s’adresse en permanence à plusieurs publics lorsqu’il est souligné le rôle de moralisation et de guide du Centre : “ Les supérieurs donnent l’exemple à leurs subordonnés, les responsables aux adhérents de base ”. Nhân Dân définit également ce qu’auraient dû être les “ motivations claires ” des cadres : “ utiliser les libertés démocratiques pour rendre l’administration plus saine, plus solide et plus réfractaire aux phénomènes négatifs ”, bref ce que promeut l’État-parti. Il me semble donc que ces rappels incessants constituent un moyen de renforcer la puissance de l’État dans la mesure où ils indiquent que l’État a capacité de voir et réagir à des actes particulièrement « immoraux » – parce que perpétrés par des cadres communistes et en cela moins visibles dans le sens d’impensables. Nhân Dân tente alors de reconstituer l’autorité morale du Centre, notamment par le choix d’un vocabulaire qui dessine radicalement deux noyaux comme le montre le tableau qui suit :

Les autorités locales. Désignation et évaluation d’une catégorie multiple
Nhân Dân désigne les autorités locales comme étant les autorités de province, de district et de commune, correspondant donc aux différents échelons du découpage administratif. Naturellement, il faut entendre essentiellement par là : le parti communiste.
Il me semble pourtant – impression qui repose sur le fait que les solutions proposées pour lutter contre la corruption ne distinguent pratiquement qu’un seul niveau d’action, celui de la province – que la province est plus fortement placée sous les feux de la rampe. Cela consacre-t-il le fait qu’elle constitue la préoccupation majeure du pouvoir central ? Probablement, car dans le contexte de décentralisation, les provinces possèdent des pouvoirs élevés, en particulier grâce à leur liberté en matière de commerce international et aux mannes financières que cela peut leur apporter.

©towardstransparency.vn

Ainsi, Nhân Dân note l’incapacité du Parti et de l’administration à l’échelon provincial (Comité du parti, Comité populaire, services provinciaux) à détecter les “ effets néfastes ”. La Province n’est pas suffisamment près du peuple pour l’écouter, faute à une “ bureaucratie persistante ”. Cette dénonciation se double d’une accusation plus lourde dans la mesure où Nhân Dân vilipende le fait que ces organes “ ont même applaudi ” aux troubles – ce dont on peut douter –, jouant donc un rôle clairement dissident, à l’opposé de leur fonction socio-politique de garant et de maintien de l’ordre. Il faut cependant voir que tous les échelons sont impliqués : “ Les autorités locales – de province, de district et de commune – ayant tourné le dos aux plaintes, la population allait s’en plaindre aux autorités supérieures ”. L’affirmation a l’avantage de mettre en exergue que l’État-parti, lui, est en mesure d’écouter le peuple. Enfonçant encore un peu le clou, Nhân Dân stipule que les conséquences eussent été pires pour les autorités locales si le Centre n’était intervenu “ à temps ” et de manière “ satisfaisante ”.

Globalement, ce qui est mis en cause, c’est le manque de moralité de la catégorie « autorité locale ». Ce faisant, elle ne peut remplir ses fonctions politiques. Sa crédibilité dans les relations sociales (et économiques) est atteinte, ce qui explique la perte de confiance des plaignants vis-à-vis de ces autorités, la nécessité de se tourner vers le pouvoir central.

Désignation et jugement d’un acteur flou : les « nouveaux pouvoirs »
Comment sont amenés ces « nouveaux pouvoirs » sur la scène publique ? Nhân Dân cherche à relativiser l’ampleur du mouvement (émeutes, plaintes) et à isoler en son sein des éléments “ négatifs ” qui ont profité de la situation de troubles pour “ exciter la population ”, d’où des actes de violence, de brigandage. Qui sont ces éléments négatifs ? En fait, une catégorie construite petit à petit au cours des articles et affublée de certains stigmates : des personnes dont les casiers judiciaires sont chargés, des cadres aussi puisque les motivations malsaines des agitateurs sont aussi le fait de personnes qui ne cherchent pas à rendre “ l’administration plus saine ”, mais beaucoup plus sûrement, des « nouveaux pouvoirs » qui chercheraient à se former en voulant se donner “ le droit d’être au-dessus des pouvoirs publics ”, mais ne propageraient en fait que “ l’anarchie ”, en particulier en ambitionnant, dans certaines communes, d’une part, de s’opposer à “ l’organisation du parti ” et à “ l’administration locale ”, d’autre part, de s’organiser comme une “ administration parallèle ”. Sans les nommer de manière certaine, mais, à mon sens, sans qu’il puisse y avoir ambiguïté, est ici désigné “ le corps de chefs de village et de hameau [qui] a vu le jour et se substituant aux chefs d’équipes de production d’antan ”. D’où la stigmatisation implicite (par construction de l’article) en tant que bandits ou escrocs et Nhân Dân va jusqu’à citer nommément certains responsables communaux instigateurs de malversations, peut-être à la fois pour authentifier les faits et exhiber des coupables à la vindicte populaire plus facile à polariser si les personnages sont réels et donc nommés. Nhân Dân exprime ainsi avec force qu’il ne peut y avoir d’autre pouvoir que celui que l’État-parti légitime et moralise à travers son appareil de pouvoir ; et souligne également qu’il faut rapprocher le problème des « nouveaux pouvoirs » de ce que le quotidien qualifie d’erreur, à savoir qu’au niveau communal “ n’existe qu’un seul cadre chargé de la comptabilité ”. Ce qui est suggéré à mes yeux, c’est, certes qu’il faut une administration plus importante, mais surtout que la concentration des pouvoirs dans un petit nombre de mains diminue l’efficience interne du contrôle social par le regard que chacun pose sur son voisin.

Désignation et jugement du peuple
C’est toujours sous un bon jour que le peuple est présenté, un “ cœur candide ”, un “ esprit constructif ” et “ prompt à se mobiliser ”.
Ainsi, le peuple n’a “ réclamé que l’éclaircissement de ces problèmes et des sanctions sévères contre les cadres ”. Il faut remarquer que c’est un acteur qui n’apparaît que rarement, plus pour souligner les manquements des autorités locales, qui, par exemple, ont fait “ fi du nécessaire débat ” sur les décisions d’investissement, débat “ démocratique ” que la population réclamait. En réalité – et peut-il en être autrement ? – le peuple sert de porte-voix et de prête-voix au pouvoir central pour identifier les turpitudes, menacer les infracteurs. C’est ainsi que je comprends la sélection, dans la liste des plaintes, de celle qui concerne la non déclaration des superficies de terre qui servent de base au calcul de l’impôt foncier. Le propos ne sonne-t-il pas comme un rappel à l’ordre des cadres locaux par le Parti qui en substance les avertit : « attention, nous savons que vous truquez les chiffres » ? Mais peut-être aussi, le message signifie : « regardez le peuple » et « soyez digne de lui » pour gagner ou regagner sa confiance, perçue comme une condition sine qua non pour construire un État puissant et prospère.

J’ai donc émis l’hypothèse que cette suite d’articles institue une autorité à désigner, distinguer et catégoriser dans un ordre hiérarchique bâti sur un ordre moral ; l’autorité étant dans ce cas le parti communiste viêtnamien et ces organes centraux qui cherche à mobiliser éthiquement ses troupes (garder une foi noble et intacte, elle permet de lutter efficacement contre les dérives). Rien de bien neuf sous le soleil à ce propos, nous avons affaire à une rhétorique bien connue du mode d’exercice du pouvoir en général, du pouvoir exercé par un État-parti en particulier. Je vois toutefois dans la situation viêtnamienne une inflexion que je ne ferai que signaler. Car cet acte d’attribution d’un statut moral à une catégorie qui se trouve hiérarchisée dans un ordre ne donne pas lieu à un acte d’inclusion/d’exclusion du type le peuple/les ennemis du peuple. Au contraire, on pourrait parler d’absorption de toutes les composantes sociales après refondation des comportements sous la forme du binôme corrompus/purs.

Aux sources de l’interprétation proposée ici :
Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris : Gallimard (coll. Tel), 1993.
Clifford Geertz, Meaning and Order in Moroccan Society. Three Essays in Cultural Analysis, London/New York : Cambridge University Press, 1979 et Negara. The Theatre State in Nineteenth Century Bali, Princeton : Princeton University Press, 1980.
Angela Zito & Tani E. Barlow, Body, Subject and Power in China, Chicago/London : University of Chicago Press, 1994.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *