Destin de l’enfance à l’heure des nouvelles politiques de prévention

Dans Nos enfants sous haute surveillance que j’invite à lire pour la qualité de l’analyse, Sylviane Giampino & Catherine Vidal dénoncent le dépistage précoce des enfants sur des bases neuronales, génétiques ou de fréquence de facteurs de risque afin d’identifier les futurs individus antisociaux. Et donc ce qu’elles appellent cette « nouvelle » politique de prévention dont l’effet est de changer le regard social sur l’enfance, la bienveillance cédant à l’inquiétude depuis la fin des années 1990.

Punition
Punition
© RMN-Grand Palais/Franck Raux

La psychanalyste et la neurologue soutiennent que ces dérives sont perceptibles dès le début des années 1980 où bases de donnéesapparaissent fiches informatisées, utilisation de la vidéo et grilles d’évaluation d’une part, notions de facteur de risque et de population cible, d’autre part. Nouvelle politique de prévention qu’elles assimilent notamment à une :

 Montée de l’observation objectivante du comportement des bébés et des mères… début de l’engouement pour le visible et le quantifiable dans l’abord du psychique naissant ” (p. 27)

Elles soulignent également que cette politique de prévention provient d’un modèle anglo-saxon qui déferle sur l’Europe. Un modèle où l’idée ne consiste pas dans la prévention précoce de la souffrance psychique, mais dans le repérage prédictif des difficultés de comportement, voire de la délinquance. Ce qui revient à asservir la prévention à des injonctions de contrôle social et de sécurité publique, dont elles notent la petitesse des objectifs qui tranche avec la débauche de moyens technologiques mis en œuvre :

“ On dépiste à grande échelle très tôt, et puis ? On installe un suivi contrôle, et puis ? On fait un signalement au juge ? On inscrit dans le fichier Base élèves ? On informe le maire et la commission pour la prévention de la délinquance. Et après ? Que propose-t-on de mieux du côté de l’accompagnement, des soins et de l’aide pour les jeunes en difficulté ? L’enfermement ? ” (p. 211).

C’est également un constat que pose la psychanalyse Hélène Bonnaud. Dénonçant “ l’impératif scientiste ” qui s’est emparé du soin, elle note que le “ savoir chiffré du symptôme… n’attend rien d’autre qu’un diagnostic dont la vocation serait d’organiser un avenir de cases à cocher pour chaque enfant ” (H. Bonnaud, 2013, p. 64).

Il me semble toutefois que la profondeur historique de cette nouvelle politique de prévention est un peu plus reculée, lointaine que ce que Giampino & Vidal soupçonnent. Repérer cette épaisseur n’est pas sans effet de connaissance quand on cherche à comprendre les transformations en cours. Simplement parce qu’on se donne les moyens de construire des liens inédits entre des faits peu repérables sur une courte durée.
Je pousse l’hypothèse du bout des doigts que ces nouvelles politiques de préventions pourraient s’éclairer au sein d’une configuration historique qu’on ferait démarrer au XVIIIe siècle. Cela dirait non seulement l’ancienneté de l’interrogation – la nouveauté que la modernité est si friande d’annoncer à tout bout de champ ressort rarement indemne d’un regard historique –, surtout, qu’il ne s’agirait pas d’une mince affaire dans le gouvernement des hommes : la question de la formation de l’État, la constitution d’un discours de la science, de leurs rapports, suffisent à en souligner les enjeux. Par quels traits stylisés caractériser cette configuration ? Depuis la fin du XVIIIe siècle, lire l’homme, du visible vers l’invisible, des bosses du crâne ou des traits du visage vers les facultés ou les penchants, des images cérébrales vers les états mentaux, est devenu un enjeu de savoir crucial. Retrouvant d’anciennes préoccupations pastorales du contrôle des âmes, dans le contexte de la construction des États-nations modernes après la Révolution française, cette préoccupation rencontre notamment le discours de la science – comme visée de connaissance de l’homme, le mot science est forgé dans les années 1860 en tant qu’idéologie accompagnant le développement industriel – qui va régulièrement fournir de nouveaux outils et de nouvelles langues pour rendre l’homme moins opaque – il n’échappera à personne que tout pouvoir politique se montre gourmand de recherches de ce type. Depuis le XVIIIe siècle encore, se met en place l’idée d’État préventif. Elle s’incarne en Allemagne dans une science administrative, la science camérale, qui est d’abord une science de la police avant de devenir, toujours en Allemagne, une science qui prend soin des populations (qui veut son bonheur), par laquelle sont noués les mots soin/surveillance, les verbes prévoir/calculer.

Il n’y a bien sûr pas au sein de cette configuration de récit unique ou d’histoire totale susceptible de rendre compte de phénomène complexe dans le temps et l’espace, qui concerne de nombreuses séries causales indépendantes dont certaines viennent, de façon contingente, s’épauler, conjuguer leurs effets, rendre plus probable telle configuration historique que telle autre. Il est possible cependant de dessiner certaines lignes d’intelligibilité et j’en propose une à la réflexion avec le sociologue Robert Castel qui la conçoit bien ainsi1. La gestion des risques est un livre magistral. Écrit en 1981 (et synthétisé dans un article de 1983), il anticipe des processus aujourd’hui très efficients, remet en question quelques idées reçues, et bien sûr comporte ses propres points aveugles.

Robert Castel propose une ligne d’interprétation des nouvelles politiques de prévention qui se développent dans les années 1970-1980 surtout aux États-Unis et en France qui remplacent la vieille notion de dangerosité par celle de risque. Il soutient l’hypothèse qu’il s’agit d’une poussée qui touche la pratique thérapeutique traditionnelle de la médecine mentale (et l’intervention du travail social) dans le sens où on assiste à :

– La dissolution de la notion de sujet au profit d’une combinatoire de facteurs de risques.
– La construction de flux de population à partir de l’assemblage de ces facteurs qui a deux effets. L’un, pratique : le moment de l’intervention cesse d’être une relation de prise en charge par la coprésence des corps. Les spécialistes sont subordonnés aux administrations et à la gestion bureaucratique différentielle de populations à risques. Dit autrement, les opérateurs de terrain deviennent donc des auxiliaires de politique administrative fondée sur des exigences d’indicateurs (aspect purement gestionnaire). L’autre, politique : “ Ces nouvelles formules de gestion des populations paraissent s’inscrire dans un plan de gouvernementalité propre aux sociétés actuelles ” (R. Castel, 1983, p. 119).

Reprenons l’histoire. Castel rappelle que la dangerosité est au cœur de l’aliénisme. C’est une notion d’emblée paradoxale. Elle est une qualité immanente au sujet et une donnée aléatoire qui a un caractère d’imprévisibilité. Elle représente le fou à la fois comme irresponsable – il ne peut être puni – et dangereux – il faut le neutraliser. Dans ce cadre de pensée, une politique de prévention ne peut donc fonctionner qu’au cas par cas, et demeure frustre : l’internement obligatoire était alors la solution pour concilier l’intérêt du fou (un malade à soigner) et celui de la société (sa sécurité). La limite fut très tôt soulignée, du côté du coût d’autant que multiplication des « anormaux », ou du côté de la faible valeur préventive puisque la dangerosité ne se révèle qu’après-coup. Une autre solution était proposée, à savoir la stérilisation, centrée sur la défense sociale, longtemps prônée mais aussi appliquée dans de nombreux pays. À ce propos, Castel rappelle les mots du psychiatre C. F. Mc Donald, président de l’Association américaine de psychiatrie : “ une guérison radicale des maux qu’entraîne l’existence d’une classe de déficients à charge serait réalisée si tous les faibles d’esprit, tous les aliénés incurables et tous les épileptiques, tous les imbéciles, tous les criminels récidivistes, tous ceux qui souffrent manifestement d’une carence de la volonté et tous les ivrognes invétérés étaient stérilisés ” (Dans American Journal of Insanity, jul. 1914, p. 9, cité dans R. Castel, 1983, p. 121). La pratique se verra délégitimée après que fut connu le programme de meurtres eugénistes perpétrés par le régime nazi2.

Big Brother is watching you ? © Takato Marui
Big Brother is watching you ? © Takato Marui

Castel va ensuite proposer non des étapes (qui inexorablement débouchent sur), mais des ponctuations sous forme de « … », c’est-à-dire qui auront ou pas un destin dans l’histoire en fonction des contingences.
Dès le milieu du XIXe siècle, Bénédict Morel proposait de raisonner en termes de fréquences de maladies mentales dans les populations pauvres à corréler avec les conditions de vie (alcool, habitat, etc.). Le célèbre aliéniste, autrement dit, avait l’intuition qu’il fallait anticiper la survenue du passage à l’acte en surveillant certaines catégories de population. Il conseilla d’ailleurs le préfet de la Seine-Inférieure de faire pratiquer une surveillance spéciale des pauvres. Mais ce qu’il appelle la « prophylaxie préservatrice » ne disposait pas de technologie susceptible de lui donner chair. La politique de prévention visée revient à un traitement moral généralisée, et non plus individuel : l’asile demeure son cadre d’action.

Castel fait ensuite un bond vers la psychiatrie préventive fondée dans les années 1960 à partir des travaux de Gerald Caplan. Celui-ci propose une extension de l’action du psychiatre, à la fois comme conseiller des administrations et intervenant dans une large gamme de problèmes sociaux. Mais toujours sur le mode de la relation clinique au patient identifié. Castel note qu’en 1969, Nixon avait reçu un avis négatif sur un rapport préconisant de tester tous les enfants de 6 à 8 ans afin de repérer les tendances violentes. L’État ne disposait pas de la logistique matérielle, humaine et juridique : ne peuvent être pratiqués que des examens systématiques sur des groupes restreints porteurs de risques spéciaux. Mais l’idée est là, de nouveau.

Les Parques
Les Parques (Alfred Lagache, fin XIXe siècle)
© RMN-Grand Palais/Hervé Lewandowski

Un fait que Castel ne semble pas connaître : L’idée que le calcul de probabilité de risques est supérieur à l’évaluation clinique pour la prédiction de la dangerosité se serait en fait imposée graduellement sous l’influence aux États-Unis du psychologue Paul Meehl. Dans Clinical versus Statistical Prediction. A Theoretical Analysis and a Review of the Evidence (1954), Meehl défend la thèse que les méthodes formelles d’analyse des données fournissent de meilleurs pronostics et pourrait amener à produire des outils automatiques d’aide à la décision. Cet auteur est repris dans les années 1980, même parmi les cliniciens.

Castel voit les premiers signes des nouvelles politiques de prévention en France dans la loi du 30 juin 1975 en faveur des personnes handicapées. Issue d’un rapport de 1967 écrit par un haut fonctionnaire, la loi, premièrement, définit le handicap par l’inadaptation à la société (soit environ 7 millions d’inadaptés physiques, sociaux et de débiles mentaux), deuxièmement, instaure des commissions départementales composées en majorité de personnel administratif chargées de statuer sur le handicap, et troisièmement, fait obligation aux proviseurs de dresser la liste des enfants présentant des difficultés ou des retards scolaires, comportant donc des renseignements médicaux, sociaux et un examen psychologique. Significative aux yeux de Castel dans le sens où il s’agit de l’unification de cas hétérogènes par une seule instance de décision et sous la férule de la question des performances sociales – cette homogénéisation provoque d’ailleurs l’ire des professionnels de la santé qui fustigent ce type de caractérisation en termes de handicap comme un obstacle au traitement différentiel dans le sens où il y a dissociation entre le diagnostic et la prise en charge.
Un saut est rendu possible par la notion de risque qui rompt la relation directe de l’intervention en médecine mentale. Et pour Castel, c’est encore la France qui fait office d’innovation. Ce dont il ne faut pas s’étonner à son avis : “ Une telle évaluation n’a rien eu d’irrationnel dans un univers politico-social où règnent énarques, hauts fonctionnaires et autres représentants efficaces d’un pouvoir dont le mode d’action s’est fait de plus en plus occulte. Simplement, elle casse l’ambition synthétique sur laquelle la psychiatrie classique avait vécu et que la psychanalyse n’avait pas répudiée : faire du regard (ou de l’écoute) qui détecte une souffrance et de l’acte qui s’efforce d’y répondre les deux faces d’une même opération ” (R. Castel, 1983, p. 133). Deux programmes verront jour :

– Le système GAMIN (Gestion automatisée en médecine infantile). Mis en place en 19763, il doit dépister des anomalies médicales et sociales sur tous les enfants qui naissent, à 8 jours, 9 mois puis 2 ans et établir des fiches prioritaires automatiquement générées donnant lieu à une procédure de surveillance médico-sociale particulière. C’est une nouvelle modalité de la surveillance appuyée sur le dépistage systématique qui fait l’économie de la présence réelle d’un spécialiste et qui se fonde sur le fichier informatique et le traitement préalable de facteurs de risques “ qui élève le soupçon à la dignité scientifique d’un calcul de probabilités ” (R. Castel, 1983, p. 123). Autrement dit, passage du symptôme apporté (raconté) par un sujet à une combinatoire de traits qui biffent le sujet. La CNIL4 saisie ne remettra pas en cause l’idée mais demandera l’anonymat des données. Rappelons que 47 % des nouveaux-nés en Île-de-France étaient à risques dans ce système abandonné en 19815. L’énormité du chiffre montre la distance qui sépare l’entreprise de chiffrage d’un diagnostic.
– Le système AUDASS (Automatisation départementale de l’action sanitaire et sociale) qui fiche les enfants qui relèvent de l’aide sociale à l’enfance.

Relevant au passage que cette “ bonne conscience préventive si hypertrophiée ” (R. Castel, 1983, p. 124) ne donne lieu à aucune réflexion sur les coûts ou sur ses aspects iatrogènes, Castel insiste sur les conséquences pour la médecine mentale ou le travail social. Leurs manières de faire perdurent mais le médico-psychologique se voit de plus en plus réduit à une expertise dans le but de marquer un individu, de lui attribuer un profil l’inscrivant dans une filière particulière. Ce à quoi on assiste, c’est la gestion autonomisée de populations sur la base de profils différentiels qui ne sont plus que « vues » par les professionnels de terrain et non plus suivies. Ce faisant, ceux-ci se voient subordonnés aux administrations qui ont le monopole et la maîtrise des technologies informatiques qui stockent, traitent et distribuent des cohortes dans différents circuits. Au bout du compte, Castel parle de « mutation » (R. Castel, 1981, p. 142) dans le sens où la prévention n’est plus la prévention des conditions qui favoriseraient ceci ou cela, mais la surveillance au sein de populations statistiquement identifiées. La question est passée du danger au risque, les exigences gestionnaires se sont autonomisées vis-à-vis des praticiens grâce à l’informatique, l’expertise précède et surplombe le soin qui ne concerne plus qu’un secteur limité dans la masse des banques de données.bdd

“ On peut se demander… si ces orientations n’inaugurent pas de nouvelles stratégies de gestion de populations propres aux sociétés dites « néo-libérales » ”, écrivait-il en 1983 (R. Castel, 1983, p. 126). Ni ségrégation des indésirables, ni assistance mais assignation de “ destins sociaux différents aux individus en fonction de leur capacité à assumer les exigences de la compétitivité et de la rentabilité ” (id.) dans un ordre social obsédé moins par la discipline que par l’efficience et soucieux de gérer scientifiquement les trajectoires sociales des individus au nom de la prévention des risques.

La nuit de joie d’Enitharmon ou Hécate (William Blake, c. 1795)
La nuit de joie d’Enitharmon ou Hécate (William Blake, c. 1795)
© Tate, Londres – Dist. RMN

Dans la préface à la réédition de La gestion des risques en 2011, Castel écrira que cette hypothèse-là s’est depuis lors vérifiée : le principe directeur de gestion des populations à risques caractéristique d’un nouveau mode de gouvernementalité néolibérale se généralise ; de même que le principe d’un autogouvernement par la psychologie qui cherche à intensifier les potentiels personnels et relationnels des gens pour l’accomplissement de soi qui après le mouvement du potentiel humain et la psychologie humaniste des années 1970 a pris consistance du fait de la rencontre avec le néolibéralisme qui promeut ce qu’il appelle un “ État social actif ” (R. Castel, 2011, p. 12), qui cherche à maximiser le capital humain pour affronter la concurrence, la compétition. Ces deux courants ne sont pas assimilables mais “ ces approches se caractérisent par le même pragmatisme, le même souci d’efficience, et la même volonté d’instrumentalisation, tantôt pour conjuguer les menaces que portent certains individus ou groupes d’individus, tantôt pour maximiser leur rentabilité ” (R. Castel, 2011, p. 13). Peut-être n’insiste-t-il pas suffisamment, par manque de recul, sur ce que la mutation doit à l’informatique. Et c’est peut-être pourquoi il ne fait pas mention que la rationalité gestionnaire, idéologie envahissante, est développée par IBM au début des années 19806. Elle marque l’emprise de l’organisation à des fins d’optimisation fondée sur l’excellence, l’efficacité, l’adaptation, la flexibilité et qui revient à déplacer la conflictualité du social vers le psychique, de l’extérieur vers l’intérieur. La mutation est peut-être d’abord à ce niveau. Ou plutôt la révolution si je suis Clarisse Herrenschmidt. Cette immense spécialiste des langues et religions de l’Iran pré-islamique (et de la Grèce antique) distingue trois révolutions graphiques, trois grandes inventions dans l’histoire de l’humanité, 1. Celle de l’écriture des langues sur la bulle-enveloppe vers – 3 200 (en Mésopotamie), 2. Celle de l’écriture monétaire arithmétique sur le globule d’argent vers – 620 (en Grèce), 3. Celle de l’écriture informatique avec l’ordinateur dans les années 1940. Force est de contacter avec elle qu’on ne dispose pas de beaucoup de recul pour penser les conséquences de cette révolution sur l’évolution des réseaux, les transformations de l’écrit, les mutations des pratiques intellectuelles, les bouleversements de la gouvernementalité néolibérale7.

À titre d’expérience de pensée, et très brièvement, afin d’aider à mieux cerner la perspective d’une approche par la contingence, la rencontre de séries indépendantes, au sein d’une configuration historique donnée. D’autres éléments invitent en effet à réfléchir cette question de la prévention avec le problème de la dégénérescence des civilisations hantent l’Europe de la Révolution française à 1945. En citant Morel, l’auteur du fameux Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l’espèce humaine et des causes qui produisent ces variétés maladives en 1857, Castel incite à penser cette autre ligne d’intelligibilité où la psychiatrie eut aussi, à côté d’autres disciplines, son mot à dire.

La confession
La confession (Olivier Stanislas Perrin, XIXe siècle)
© MuCEM

Ainsi le psychiatre Henri Ey (1900-1977). Ce dernier posait que le médico-légal était prioritaire sur la démarche assistantielle. D’où il découle que les idiots et les imbéciles ne relevaient pas d’écoles spéciales mais étaient à surveiller par les institutions judiciaires. Il invitait à un diagnostic précoce, entre 3 et 6 ans, avant 3 ans cela lui semblait trop délicat à réaliser, utilisant les tests psychologiques. Il propose en fait une démarche institutionnelle où, suivant le repérage de la gravité de la débilité, différentes filières étaient recrutées : les classes de perfectionnement, les instituts médico-pédagogiques ou les colonies familiales pour les arriérés perfectibles ; les asiles pour les arriérés incorrigibles ; les patronages de surveillance et redressement pour les délinquants. Une ligne de pensée émanant de médecins déterministes (biologiques ou sociaux) qui “ ont érigé la prévention en véritable idéologie. La thématique prophylactique est, par exemple, défendue par les psychiatres Édouard Toulouse et Georges Heuyer ”8.

Deux remarques pour conclure :

– L’implication de l’industrie pharmaceutique. Les amis de Zippy vendus par l’association Partnership for Children dans le but de promouvoir la santé mentale des jeunes scolarisés et qui prend place dans ce panier d’outils comme Brindami, Fluppy ou le fameux Dominique dont le documentaire Enfance sous contrôle donne un aperçu édifiant. La recherche et le développement ont été financé par l’un des deux corporate donor9 de l’association, à savoir l’entreprise pharmaceutique GlaxoSmithKline, l’autre corporate donor, la banque HSBC, aidant au lancement de Zippy Friends en Asie et en Amérique latine.

– Castel montrait que cette nouvelle politique de prévention n’effaçait pas toute intervention classique dans le domaine médico-psychologique. Il existe une sorte de béance entre le repérage informatisé et le traitement proposé qui ne peut se passer de la clinique et donc des pratiques infiniment diversifiées portées par des acteurs nombreux et divers (pédopsychiatres, psychanalystes, psychologues, éducateurs spécialisés, orthophonistes, AMP, etc. en libéral ou en institution). Aujourd’hui, en France, les propos autoritaires et « hors-sols » tenus par l’ex-ministre Carlotti à propos de la prise en charge de l’autisme montrent que la béance pourrait se combler. Le seul traitement compatible avec le diagnostic précoce des troubles, promouvait-elle, ressort exclusivement des méthodes de rééducation prônées par les thérapies comportementales. La « rencontre » des nouvelles politiques de prévention avec la montée de certaines associations de parents porteuses d’un discours victimaire10 violemment anti-psychanalytique – il n’est en rien surprenant, la poussée des approches comportementales aux États-Unis dans les années 1960 s’est faite sur le même mode de discours brutaux envers le-dit freudisme11 – a peut-être permis cela.

Notes :
1. Et Castel est bien dans cette inspiration foucaldienne qui prend d’ailleurs racine dans Nietzsche : il n’y a pas de déploiement dans l’histoire, ou pour dire autrement, il n’y a pas de sens ; mais il est loisible de donner un sens, parmi d’autres possibles, assis sur une contingence donnée parmi d’autres.
2. Le docteur Charles Binet-Sanglé prônait la création de haras humains pour régénérer la race grâce à la sélection scientifique des « bons générateurs » dont il faut assurer, comme il le détaille, l’accouplement, la surveillance de la gestation et l’élevage des enfants d’élite. Il fait ainsi l’éloge de l’anthropogénétique, “ technique la plus propre à engendrer le bonheur ”, pratiquée par les éleveurs et les agriculteurs. Voir Dr Binet-Sanglé, Le haras humain, Paris : Albin Michel, 1918, p. 122. Mais il s’agit aussi de la « répression » des mauvais générateurs. Non leur suppression comme d’aucuns le souhaitent, à laquelle il s’oppose au nom du respect des désirs de l’individu, mais l’encouragement au suicide au sein d’instituts d’euthanasie à créer “ où les dégénérés fatigués de la vie seront anesthésiés à mort à l’aide du protoxyde d’azote ou « gaz hilarant » ” (p. 129).
3. Mais dans les cartons au tout début des années 1970. En effet, dès 1972, il est envisagé d’utiliser l’informatique pour sélectionner automatiquement les « enfants à risques » – la catégorie apparaît pour la première fois dans une circulaire du ministre de la Santé du 1er septembre 1972 – présentant des invalidités et des handicaps devant être suivis.
4. La Commission nationale de l’informatique et des libertés fut créée en 1978. Faut-il le rappeler ? C’est suite au scandale de la révélation en 1974 du fichier SAFARI dont l’objectif était de connecter les données personnelles de tous les citoyens dans toutes les administrations sur la base du numéro INSEE.
5. Loïc Wacquant fait ressortir quelques absurdités du profilage dans un autre cadre. À Denver, la police « profilait » 6500 jeunes suspectés d’appartenir aux gangs de la ville, alors que cette même police estimait que ces gangs comptaient au plus 500 membres. En outre, 90 % des jeunes profilés étaient latinos ou afro-américains alors que Denver est à 80 % « blanche ». Voir L. Wacquant, L’ascension de l’État pénal en Amérique, Actes de la recherche en sciences sociales, 1998, n° 124, pp. 7-26.
6. Et dans ces mêmes années, Xerox développe les outils du benchmarking (comparaison chiffrée des performances).
7. Voir C. Herrenschmidt, Les trois écritures. Langue, nombre, code, Paris : Gallimard (coll. Bibliothèque des sciences humaines), 2007, et notamment la troisième partie.
8. Ce qu’affirme en tout cas J.-C. Coffin, p. 12.
9. Dans le monde anglo-saxon, le terme désigne les sociétés allouant des fonds pour financer sous forme de dons des projets.
10. Et que Hélène Bonnaud épingle comme la dictature idéologique du « je n’y suis pour rien », le déterminisme cérébral ou génétique de l’autisme revendiqué par ces associations contre la cause psychique venant soulager une prétendue culpabilisation des mères portée par la psychanalyse.
11. Voir Régine Plas, Aux origines des thérapies comportementales et cognitives ; psychanalyse, behaviorisme et scientisme aux États-Unis 1906-1970, in : Françoise Champion (dir.), Psychothérapie et société, Armand Colin (coll. Sociétales), 2008.

Sources principales :
Hélène Bonnaud, L’inconscient de l’enfant. Du symptôme au désir de savoir, Paris : Navarin/Le Champ freudien, 2013.
Robert Castel, La gestion des risques. De l’anti-psychiatrie à l’après-psychanalyse, Paris : Les Éditions de Minuit (coll. Reprise), 2011 (1ère éd. 1981).
Robert Castel, De la dangerosité au risque, Actes de la recherche en sciences sociales, 1983, 47, 1, 119-127.
Jean-Christophe Coffin, La psychiatrie des années trente peut-elle dévoiler l’enfant ?, Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, 2004, 6 [voir rhei.revues.org/document695].
Sylviane Giampino & Catherine Vidal, Nos enfants sous haute surveillance. Évaluations, dépistages, médicaments…, Paris : Albin Michel, 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *