Non, le banquier n’est pas un homme triste. En tout cas le banquier suédois

Et si l’on ajoute foi bien sûr aux choix récurrents de la Banque de Suède quant aux prix qu’elle accorde à la science économique en hommage à Alfred Nobel – et qu’une habile communication ou une certaine paresse médiatique s’évertue à présenter comme le prix Nobel d’économie.

De toutes les sciences distinguées au nom du fameux mécène, la science économique primée par la Banque de Suède est assurément la plus divertissante. Le prix 2015 octroyé à Angus Deaton ne déroge point à la règle. Du moins s’il faut en croire l’économiste Élise Huillery, enseignante dans les prestigieuses écoles que sont Sciences Po Paris et le Massachusetts Institute of Technology. Invitée dans l’émission de France culture Les carnets de l’économie du 20 au 25 octobre 2015, elle tisse de louanges serrées la pensée « très innovante » d’Angus Deaton au point de nous la faire envisager comme iconoclaste. Une bonne claque soit dit en passant à l’image de conformisme froid qui colle injustement au banquier en général, à l’austère banquier suédois en particulier. Mais scrutons d’un peu plus près ce qui vaut à Deaton un tel éloge.

Le médecin des pauvres, par Léonard Jules (1857), © RMN-GP/René-Gabriel Ojéda
Le médecin des pauvres, par Léonard Jules (1857), © RMN-GP/René-Gabriel Ojéda

Angus Deaton a eu l’audace d’interroger une hypothèse courante chez les économistes à propos des pauvres : le fait pour eux de vivre dans des sociétés inégalitaires au côté de gens riches est facteur de stress et par conséquent de mauvaise santé. Or, Angus Deaton après consultation des grandes bases de données (big data) n’a pas trouvé de lien. Ce qui l’a conduit à formuler l’idée que le revenu des autres ne comptait pas, seul le revenu propre importe quant à l’influence sur sa santé. Un résultat ô combien précieux que l’Organisation mondiale de la santé s’est empressée de mettre en musique, mettant l’accent non sur la lutte contre les inégalités mais sur la réduction de la pauvreté afin d’améliorer la santé des pauvres.
Angus Deaton a eu aussi le mérite de s’attaquer à la délicate question de la mesure du bien-être. Après là aussi un travail acharné dans les bases de données internationales, il est arrivé à l’étonnante conclusion dûment prouvée que plus on est riche, plus la satisfaction dans la vie augmente. Mais le résultat ne peut se généraliser au bien-être émotionnel qui pour sa part n’augmente plus au-delà d’un certain revenu – 75 000 dollars/an d’après le calcul que Deaton a effectué pour le cas états-unien. Ce dont – je tiens à le signaler – les producteurs d’une telenovela brésilienne avaient vraisemblablement eu l’intuition avec cette série mondialement connue : Même les riches pleurent.

Personnellement stimulé par de telles analyses, je me suis efforcé de tester cette hypothèse, que dis-je cette conviction, très ancrée notamment dans le milieu des marins de toutes eaux : la consommation de bière se conjugue aux forces de gravitation pour provoquer les marées de grande amplitude. Après dépouillement des grandes bases de données, je suis en mesure de récuser tout lien de corrélation. Et je me permets de conseiller à tous les buveurs de bière : vous pouvez continuer de pisser dans les rivières et fleuves du monde entier sans aucun risque de submersion des basses terres par votre soulagement. Du point de vue de l’hygiène, c’est une autre affaire.

Mais trêve de plaisanteries : conseillons, à titre d’exemple, la lecture du dernier ouvrage du sociologue Dominique Cardon, À quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure des big data, Seuil, 2015. Réflexion documentée sur les enjeux politiques et éthiques de l’usage des big data – et manifeste pour que les citoyens aillent voir de plus près ce que la prétendue neutralité technique des algorithmes fait à leur vie quotidienne – le livre pointe d’une part l’extrême difficulté à manier ces gigantesques bases de données (et nul doute qu’à cet égard, Angus Deaton fait preuve de grande technicité et inventivité), et, d’autre part, la tendance à écraser la recherche des causes au bénéfice de l’établissement de corrélations (entre à peu près tout et n’importe quoi d’ailleurs, favorisé en cela par l’énormité des big data).

Question migratoire et éthique : affaire de conviction ou de responsabilité ?

    Selon les commentateurs, l’Europe subit depuis l’été 2015 une vague d’immigration. L’expression est floue, mais l’image persiste, répétée à l’envi, imposant un modèle naturaliste1 à une affaire qui relève du politique. Face à la vague, la digue ? Ou bien, en revenant au politique, l’éthique de responsabilité. C’est ce que nous avons appris le 16 septembre 2015 sur France Culture de la part d’un éditorialiste qui va se révéler en l’occasion bien approximatif.
L’émission L’Invité des matins accueille ce jour-là trois universitaires – dont une est en outre membre du Groupe d’information et de soutien des immigrés (Gisti) –afin d’éclairer l’actualité, à savoir l’échec de l’Europe face à l’arrivée – massive, forcément massive puisqu’il s’agit d’un flot – de réfugiés du Moyen-Orient. L’éditorialiste apostrophe les invités de la matinale en les sommant de choisir, d’un ton comminatoire, entre, d’une part, les intellectuels (de gauche, cela va de soi pour « notre » éditorialiste un tantinet rageur) qui se mettent du côté de la morale inconséquente de l’hospitalité inconditionnelle, et, d’autre part, Angela Merkel qui vient juste de décider pragmatiquement de fermer les frontières au vu de la situation. Et pour donner du poids à sa leçon, l’éditorialiste déballe sa culture, en l’occurrence l’économiste et historien Max Weber (1864-1920) et sa « fameuse » distinction entre éthique de la responsabilité (Merkel) et éthique de la conviction (les intellectuels de gauche). Sous la forme donc d’une injonction à épouser une posture morale à l’exclusion et excluante de l’autre.
L’éditorialiste de France culture a toute liberté pour se comporter, au fond, en curé – la responsabilité étant du côté du bien ou du bon – qui plus est inquisiteur – il s’agit aussi de condamner au passage les intellectuels irréalistes. Il ne peut toutefois pas le faire en se réclamant de Max Weber qu’il n’a, soit pas lu, soit pas compris. En effet, Max Weber parle en termes d’idéaux-types, c’est-à-dire, dans le cas présent, de catégories descriptives de l’action, et non de postures, d’impératifs moraux ou utilitaristes qu’il faudrait embrasser. Et pour Max Weber, en outre, ces modalités éthiques ne se trouvent jamais dans un état « chimiquement » pur dans le réel. Examinons cela de plus près.

Il convient en premier lieu de garder à l’esprit que Max Weber est un penseur qui sait que le réel déborde toujours toute description scientifique qui ne peut en saisir et agencer explicativement que des morceaux. Il le dit et son écriture en témoigne : ses énoncés demeurent constamment prudents, creusent inlassablement les questions qu’il se pose et ne cessent de tempérer ses assertions. Il ne fait aucun doute qu’il ne conçoit de réduire les choix éthiques à cette simple alternative, l’action étant mue soit par un sens de la stratégie ou de l’opportunité dénué de principes, soit par des mobiles relevant de nobles causes.

Il faut en outre insister : cette abstraction délicate à manier d’idéal-type qu’invente Max Weber pour tenter de débrouiller un peu le réel n’est pas une essence qui aurait en toutes circonstances et en tout temps la même forme. Autrement dit, il convient d’analyser la situation afin de donner un contenu à l’éthique de conviction et l’éthique de responsabilité. On pourrait ainsi se demander s’il est bien réaliste d’imaginer que plus de 4 millions de réfugiés chassés par la guerre en Syrie et Irak depuis plus de quatre ans vont indéfiniment rester dans des camps ou autres, au Liban, en Turquie ou en Jordanie, dans des conditions précaires, sans pouvoir travailler, et alors même que les institutions internationales n’ont pas versé durant de longs mois de 2015 les 12 euros par mois et par réfugié afin de les garder cantonner dans ces lieux ?

Enfin, chez Max Weber éthique de la conviction et éthique de la responsabilité sont entremêlées, en interaction évolutive dans le temps. Soulignons d’emblée que Max Weber se montre peu amène vis-à-vis des politiciens « épris de puissance », dénués de toute conviction et simplement guidés par la conquête ou la conservation du pouvoir. D’ailleurs, il fait une différence entre une politique réaliste qui sait s’ajuster aux conditions mais demeure inspirée ou charpentée par une conviction directrice et la Realpolitik purement opportuniste et sacrifiant tout idéal à l’intérêt et la puissance. De même, il tient en piètre estime les pacifistes inconditionnels – figures privilégiés illustrant chez Max Weber l’éthique de la conviction – auxquels il reproche l’incapacité à penser un compromis au nom de la justesse de la cause, alors même que des concessions peuvent faire avancer cette cause.

Il est donc établi que, pour Max Weber, dans les situations concrètes, la conviction n’implique pas une défaillance de responsabilité, ni la responsabilité n’induit le mépris de tout principe. Il va même plus loin – et sans nier la difficulté d’articuler contraintes objectives et exigences éthiques – en alléguant qu’il n’y a pas de politique si éthique de la conviction et éthique de la responsabilité ne marchent pas ensemble. Pas de politique à proprement parler donc, si, par exemple, une noble cause s’abstrait d’une absence d’analyse des conséquences possibles de l’action menée en son nom, notamment des effets contre-productifs. De même, pas de responsabilité si aucune conviction ne vient étayer l’action. D’une certaine manière, pour Weber, en tant qu’idéal-type, ces deux éthiques constituent une menace politique, d’un côté le cynisme du Machtpolitiker – qu’on peut traduire par « politicien épris de pouvoir » –, de l’autre, le fanatisme du pacifiste allemand intransigeant.

En guise d’ouverture, je recommande la lecture du livre de Jean-Paul Marti, Les bateaux ivres. L’odyssée des migrants en Méditerranée publié en 2015 aux éditions Jean-Claude Lattès. Les enjeux éthiques, philosophiques et politiques des migrations actuelles exigent en effet une intelligence à hauteur d’hommes.

Note
1. Sur cette même radio, le 21 septembre 2015, un ancien ministre des Sports suggérait qu’il fallait empêcher l’enkystement des migrants dans les pays européens. Est-il utile de préciser qu’un kyste s’extirpe à l’aide d’un scalpel ? L’immédiateté perceptive des métaphores employées dévoilerait-elle crûment l’inconscient politique pour « traiter » – comme l’on dit « traiter » une maladie – l’exode actuel des Syriens et Irakiens ?

Sources
Max Weber, Le savant et le politique, Paris : La Découverte/Poche, 2003. Voir en particulier la préface particulièrement éclairante de Catherine Colliot-Thélène qui signe cette nouvelle traduction.

Un grand bravo à l’impertinence de Louison et Chapatte dont les dessins ont été réalisés lors d’une journée de France culture dédiée aux caricatures de presse.