Archives par mot-clé : migration;éthique; responsabilité;conviction;Max Weber;Brice Couturier

Question migratoire et éthique : affaire de conviction ou de responsabilité ?

    Selon les commentateurs, l’Europe subit depuis l’été 2015 une vague d’immigration. L’expression est floue, mais l’image persiste, répétée à l’envi, imposant un modèle naturaliste1 à une affaire qui relève du politique. Face à la vague, la digue ? Ou bien, en revenant au politique, l’éthique de responsabilité. C’est ce que nous avons appris le 16 septembre 2015 sur France Culture de la part d’un éditorialiste qui va se révéler en l’occasion bien approximatif.
L’émission L’Invité des matins accueille ce jour-là trois universitaires – dont une est en outre membre du Groupe d’information et de soutien des immigrés (Gisti) –afin d’éclairer l’actualité, à savoir l’échec de l’Europe face à l’arrivée – massive, forcément massive puisqu’il s’agit d’un flot – de réfugiés du Moyen-Orient. L’éditorialiste apostrophe les invités de la matinale en les sommant de choisir, d’un ton comminatoire, entre, d’une part, les intellectuels (de gauche, cela va de soi pour « notre » éditorialiste un tantinet rageur) qui se mettent du côté de la morale inconséquente de l’hospitalité inconditionnelle, et, d’autre part, Angela Merkel qui vient juste de décider pragmatiquement de fermer les frontières au vu de la situation. Et pour donner du poids à sa leçon, l’éditorialiste déballe sa culture, en l’occurrence l’économiste et historien Max Weber (1864-1920) et sa « fameuse » distinction entre éthique de la responsabilité (Merkel) et éthique de la conviction (les intellectuels de gauche). Sous la forme donc d’une injonction à épouser une posture morale à l’exclusion et excluante de l’autre.
L’éditorialiste de France culture a toute liberté pour se comporter, au fond, en curé – la responsabilité étant du côté du bien ou du bon – qui plus est inquisiteur – il s’agit aussi de condamner au passage les intellectuels irréalistes. Il ne peut toutefois pas le faire en se réclamant de Max Weber qu’il n’a, soit pas lu, soit pas compris. En effet, Max Weber parle en termes d’idéaux-types, c’est-à-dire, dans le cas présent, de catégories descriptives de l’action, et non de postures, d’impératifs moraux ou utilitaristes qu’il faudrait embrasser. Et pour Max Weber, en outre, ces modalités éthiques ne se trouvent jamais dans un état « chimiquement » pur dans le réel. Examinons cela de plus près.

Il convient en premier lieu de garder à l’esprit que Max Weber est un penseur qui sait que le réel déborde toujours toute description scientifique qui ne peut en saisir et agencer explicativement que des morceaux. Il le dit et son écriture en témoigne : ses énoncés demeurent constamment prudents, creusent inlassablement les questions qu’il se pose et ne cessent de tempérer ses assertions. Il ne fait aucun doute qu’il ne conçoit de réduire les choix éthiques à cette simple alternative, l’action étant mue soit par un sens de la stratégie ou de l’opportunité dénué de principes, soit par des mobiles relevant de nobles causes.

Il faut en outre insister : cette abstraction délicate à manier d’idéal-type qu’invente Max Weber pour tenter de débrouiller un peu le réel n’est pas une essence qui aurait en toutes circonstances et en tout temps la même forme. Autrement dit, il convient d’analyser la situation afin de donner un contenu à l’éthique de conviction et l’éthique de responsabilité. On pourrait ainsi se demander s’il est bien réaliste d’imaginer que plus de 4 millions de réfugiés chassés par la guerre en Syrie et Irak depuis plus de quatre ans vont indéfiniment rester dans des camps ou autres, au Liban, en Turquie ou en Jordanie, dans des conditions précaires, sans pouvoir travailler, et alors même que les institutions internationales n’ont pas versé durant de longs mois de 2015 les 12 euros par mois et par réfugié afin de les garder cantonner dans ces lieux ?

Enfin, chez Max Weber éthique de la conviction et éthique de la responsabilité sont entremêlées, en interaction évolutive dans le temps. Soulignons d’emblée que Max Weber se montre peu amène vis-à-vis des politiciens « épris de puissance », dénués de toute conviction et simplement guidés par la conquête ou la conservation du pouvoir. D’ailleurs, il fait une différence entre une politique réaliste qui sait s’ajuster aux conditions mais demeure inspirée ou charpentée par une conviction directrice et la Realpolitik purement opportuniste et sacrifiant tout idéal à l’intérêt et la puissance. De même, il tient en piètre estime les pacifistes inconditionnels – figures privilégiés illustrant chez Max Weber l’éthique de la conviction – auxquels il reproche l’incapacité à penser un compromis au nom de la justesse de la cause, alors même que des concessions peuvent faire avancer cette cause.

Il est donc établi que, pour Max Weber, dans les situations concrètes, la conviction n’implique pas une défaillance de responsabilité, ni la responsabilité n’induit le mépris de tout principe. Il va même plus loin – et sans nier la difficulté d’articuler contraintes objectives et exigences éthiques – en alléguant qu’il n’y a pas de politique si éthique de la conviction et éthique de la responsabilité ne marchent pas ensemble. Pas de politique à proprement parler donc, si, par exemple, une noble cause s’abstrait d’une absence d’analyse des conséquences possibles de l’action menée en son nom, notamment des effets contre-productifs. De même, pas de responsabilité si aucune conviction ne vient étayer l’action. D’une certaine manière, pour Weber, en tant qu’idéal-type, ces deux éthiques constituent une menace politique, d’un côté le cynisme du Machtpolitiker – qu’on peut traduire par « politicien épris de pouvoir » –, de l’autre, le fanatisme du pacifiste allemand intransigeant.

En guise d’ouverture, je recommande la lecture du livre de Jean-Paul Marti, Les bateaux ivres. L’odyssée des migrants en Méditerranée publié en 2015 aux éditions Jean-Claude Lattès. Les enjeux éthiques, philosophiques et politiques des migrations actuelles exigent en effet une intelligence à hauteur d’hommes.

Note
1. Sur cette même radio, le 21 septembre 2015, un ancien ministre des Sports suggérait qu’il fallait empêcher l’enkystement des migrants dans les pays européens. Est-il utile de préciser qu’un kyste s’extirpe à l’aide d’un scalpel ? L’immédiateté perceptive des métaphores employées dévoilerait-elle crûment l’inconscient politique pour « traiter » – comme l’on dit « traiter » une maladie – l’exode actuel des Syriens et Irakiens ?

Sources
Max Weber, Le savant et le politique, Paris : La Découverte/Poche, 2003. Voir en particulier la préface particulièrement éclairante de Catherine Colliot-Thélène qui signe cette nouvelle traduction.

Un grand bravo à l’impertinence de Louison et Chapatte dont les dessins ont été réalisés lors d’une journée de France culture dédiée aux caricatures de presse.