« On traite volontiers d’inutile ce qu’on ne sait point ». Les enjeux politiques de l’utilitarisme

Ce billet n’est pas seulement « inactuel », il est aussi inhabituel. Jean-Claude Zancarini en est en effet l’auteur. Professeur émérite (École normale supérieure de Lyon), Jean-Claude Zancarini est spécialiste d’études italiennes et d’histoire de la pensée politique. Le texte accueilli ici est une intervention faite lors de la Journée des doctorants organisée à Bruxelles le 20 mai 2014 par l’École doctorale « Langues et Lettres » sur le thème : Être un lettré aujourd’hui. C’est dans la session intitulée Humanisme et utilitarisme que Jean-Claude Zancarini a présenté ce texte. [note de laurent dartigues]

La Princesse de Clèves et l’utilitarisme du Président Nicolas Sarkozy

clèvesLe texte de présentation de ce module Humanisme et utilitarisme commence par une citation de Nicolas Sarkozy à propos de la Princesse de Clèves1. Et comme il est bien vrai qu’on s’amuse comme on peut, on peut s’amuser à reconstituer l’historique des déclarations utilitaristes de Nicolas Sarkozy.
Le 23 février 2006, le ministre de l’intérieur « s’amuse » dans un meeting de militants UMP à Lyon :

L’autre jour, je m’amusais, on s’amuse comme on peut, à regarder le programme du concours d’attaché d’administration. Un sadique ou un imbécile, choisissez, avait mis dans le programme d’interroger les concurrents sur la Princesse de Clèves. Je ne sais pas si cela vous est souvent arrivé de demander à la guichetière ce qu’elle pensait de la Princesse de Clèves ? Imaginez un peu le spectacle !

Le 4 avril 2008, le Président de la République en donne une autre version à Bercy, dans une Déclaration sur la modernisation des politiques publiques et la réforme de l’État :

 Les premières victimes de l’organisation actuelle, ce sont les fonctionnaires. Innombrables sont ceux qui m’ont dit : à quoi ça sert qu’on se donne du mal, on a l’impression que tout le monde s’en moque ! Et la qualité de vie d’un fonctionnaire, ça compte aussi. C’est tout ce que nous engageons sur la mobilité, sur la reconnaissance du mérite, sur la valorisation de l’expérience, sur la possibilité pour quelqu’un d’assumer sa promotion professionnelle sans passer un concours ou faire réciter par cœur La Princesse de Clèves ! ça compte aussi dans la qualité de vie d’un fonctionnaire ?

Le 24 juillet 2008, une troisième version au cours d’une visite dans un centre de vacances en Loire-Atlantique, au moment où il évoque une « prime au bénévolat » : “ Pourquoi on n’en tiendrait pas compte ? Ça vaut autant… que de savoir par cœur La Princesse de Clèves… Enfin, j’ai rien contre… enfin, bon, enfin… C’est parce que j’avais beaucoup souffert sur elle…

Donc une réitération de déclarations, pas une seule (qui pourrait être le fruit d’une improvisation malheureuse ou non maîtrisée)… et la mise en série tend à indiquer que ce que vous appelez à juste titre dans votre texte de présentation « une mise en question radicale de la raison d’être de l’étude des langues et des lettres » était bien conçue comme un argument de campagne qui pouvait être apprécié par beaucoup d’électeurs… D’autant que, au même moment, le futur président disait clairement quelles conséquences il entendait tirer de sa position utilitariste sur l’enseignement du savoir, puisqu’il avait affirmé dans le journal gratuit 20 minutes que “ le contribuable n’a pas forcément à payer vos études de littérature ancienne2 ”.

On a parlé à ce propos de dédain ou de mépris de la culture, voire de haine ! Mais au-delà de la recherche des fondements biographiques ou des ressorts psychologiques, il me paraît utile de se poser la question du sens de cette énonciation particulièrement nette d’une thèse utilitariste. Parce que pour comprendre les « sorties » de celui qui fut pendant 5 ans président de la République française, on ne peut se contenter de se moquer de lui en disant, comme d’ailleurs il nous y incite lui-même (« j’ai beaucoup souffert sur elle »!), que c’est la réaction d’un autodidacte quasiment analphabète et ex-mauvais élève – comme nous, universitaires, avons eu trop souvent tendance à le présenter –, mais bien le propos d’un fin politique, bon connaisseur de ses concitoyens, ou pour être plus exact, de ses électeurs potentiels.

Je ne compte donc pas répondre à la question que pose « l’utilitarisme » en affirmant l’utilité de (ce qui paraît) inutile, cette « utilité inattendue de l’inutile » dont parlait Victor Hugo dans Les Misérables. Ce rappel nécessaire a été fait au cours du mouvement de 2009 avec humour et érudition. Michel Blay, philosophe des sciences, fit paraître dans la revue des chercheurs du Centre national de la recherche scientifique un savoureux entretien imaginaire avec Bernard Le Bovier de Fontenelle (1657-1757), mathématicien, philosophe, écrivain et auteur de plusieurs livres de vulgarisation scientifique, notamment les Entretiens sur la pluralité des mondes (1686), qui commençait ainsi :

Bernard de Fontenelle : “ On traite volontiers d’inutile ce qu’on ne sait point : c’est une espèce de vengeance ; et comme les Mathématiques et la Physique sont assez généralement inconnues, elles passent assez généralement pour inutiles3 ”.

Je signale également l’existence d’un livre récent de Nuccio Ordine, publié à la fois en France et en Italie, qui traite précisément de cette question et s’intitule L’utilité de l’inutile. Manifeste. Suivi en outre d’un essai d’Abraham Flexner (essai dont le titre est « De l’utilité du savoir inutile »). Je voudrais montrer ici qu’on peut historiciser ce discours de l’utilitarisme et voir ce qu’il y a derrière ses mots et ses actes, voir aussi quelles réactions il a provoqué, quand et pourquoi. (En effet, les premières  réactions aux propos utilitaristes de Nicolas Sarkozy n’apparaissent en fait qu’en 2009, au moment du mouvement des universitaires de 2009 contre le décret redéfinissant le statut des enseignants-chercheurs et la réforme de la formation des enseignants, dite « mastérisation »).

« Réforme » de l’université et réactions des universitaires : le mouvement de 2009

Pour ébaucher ce parcours et donner des pistes d’analyse, je m’appuierai sur ma propre expérience de « marcheur » de 2009 et d’universitaire ayant eu des responsabilités dans l’administration de la recherche – directeur d’un laboratoire d’études politiques, directeur-adjoint de l’École normale supérieure, chargé de la recherche puis de la « diffusion des savoirs » – mais aussi, et plus encore, sur l’intelligence collective que ce mouvement a produit : livres, articles, prises de position que je citerai chemin faisant.

manif

Manifestation à Nice en avril 2009 © L’Express

Le discours utilitariste de Nicolas Sarkozy s’insérait de fait dans un discours plus général sur la nécessaire transformation et modernisation de l’université. Le premier acte est la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (dite loi LRU ou loi Pécresse, du nom de la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche), communément appelée loi d’autonomie des universités discutée en juillet-août 2007 et définitivement adoptée le 10 août 2007. Elle se situe dans le droit fil du processus de Bologne (1999) et de la stratégie de Lisbonne (dont nous reparlerons) et vise à recomposer le paysage universitaire en instituant des mécanismes concurrentiels entre universités et entre individus en réduisant l’expression et le contrôle démocratique, à l’opposé d’une logique de service public. Parmi lesaffiche.lru_01 points centraux : la « gouvernance », terme qui s’est imposé dans le vocabulaire courant de l’élite dirigeante des universités, qui vient de la langue des entreprises via les institutions de l’Europe et qui laisse entendre qu’il n’y a plus de politique ni de pouvoir mais seulement de la gestion et du bon sens. La gouvernance – traduisons –, c’est un pouvoir qui a les mains plus libres. Ainsi, le CS (conseil scientifique) et le CEVU (conseil des études et de la vie universitaire) n’ont plus de fonction délibérative ; les commissions de spécialistes chargées du recrutement des enseignants-chercheurs sont remplacées par des comités de sélection ad hoc qui se prononcent sur « les mérites scientifiques des candidats », laissant le CA « apprécier l’adéquation des candidatures à la stratégie de l’établissement ». Ce n’est qu’une étape dans un processus qui dépasse les clivages politiques gauche-droite. Aujourd’hui, la volonté du ministère de gauche de mettre en place des Communautés d’universités et d’établissements (COMUE) – qui fait obligation à tous les établissements de se regrouper à l’échelle territoriale pour assurer la coordination de leur offre de formation, de leur stratégie de recherche et de l’amélioration de la vie étudiante – va strictement dans le même sens. La réaction à la LRU existe mais elle est minoritaire et ne regroupe qu’une partie des étudiants et une partie encore plus limitée des enseignants-chercheurs. En face, parmi les partisans de la loi, on trouve la Conférence des présidents d’université (CPU) qui estime qu’une chance de modernisation est enfin donnée à l’université française. On retrouvera ce clivage en 2009, avec une différence de taille : la mobilisation des enseignants-chercheurs et chercheurs sera massive et de longue durée.
Les deux points sur lesquels se focalise le mouvement des enseignants-chercheurs (EC) sont les deux décrets sur le statut des EC et la modification de la formation des enseignants. Ce double refus entraîne des actions d’abord locales, notamment sur le refus de remonter les maquettes de master au ministère, puis de puis en plus coordonnées jusqu’à la première réunion de ce qui se nommera la coordination nationale des universités qui se tient à Paris I (au centre Saint-Charles dans le XVe arrondissement) le 22 janvier 2009 en présence des délégués de 46 universités ou établissements de l’enseignement supérieur (ES). Elle vote à l’unanimité moins trois voix, une motion qui déclare que “ si le Ministère ne retire pas, sans préalable :1) le projet de décret sur le statut des enseignants-chercheurs, 2) la réforme de la formation et des concours de recrutement des enseignants du premier et du second degré, l’université française se mettra en grève totale, reconductible et illimitée : le 2 février 2009 l’université s’arrête4. ”
Jusqu’aux mois de mai-juin, le mouvement se développe puis se maintient avec des formes d’action innovantes (parmi lesquelles les lectures publiques de La Princesse de Clèves ! mais aussi les cours hors les murs, les manifestations hebdomadaires, le printemps des chaises, la ronde des obstiné.e.s ..). Mais si la communauté universitaire est assez largement présente – pas seulement les Lettres et Sciences humaines et sociales, mais aussi les juristes et les sciences expérimentales et exactes5 – le mouvement ne parvient à aucun moment à mobiliser massivement les étudiants (seule la même frange radicalisée que lors de l’opposition à la LRU en 2007 participe au mouvement6). Et encore moins à avoir un impact hors de l’université (en particulier dans l’enseignement secondaire, le principal syndicat du secondaire ayant négocié la « mastérisation » avec le ministère). Il s’arrête en mai-juin7, au moment des examens, finalement passés tant bien que mal.

C’est une mobilisation inédite lancée et menée par les EC qui jusqu’à là étaient plutôt entraînés par des mouvements initiés par les étudiants. Que s’est-il passé pour que la communauté se révolte de la sorte, alors même qu’elle n’avait réagi que fort modérément à la série des mesures préalables8. En particulier à la mise en place de la LRU en 2007 et l’année précédente, en 2006, au Pacte pour la recherche et à la mise en place des deux agences nationales, l’ANR (Agence nationale de la recherche) et l’AERES (Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) dont le rôle essentiel dans le nouveau dispositif de la recherche n’avait pas été perçu dans son ampleur. Je crois que l’on peut dire que c’est seulement à ce moment-là que la communauté universitaire, se sentant remise en cause en tant que corps et chacun de ses membres en tant qu’individu, est parvenue à donner un sens politique à une série de décisions et de transformations de moyenne durée (sur une vingtaine d’années) qui remettaient en question l’idée même qu’elle se faisait de l’université et de sa fonction. Le projet de décret sur le statut des EC bouleversait le lien entre enseignement et recherche (il prévoyait que les EC menant une recherche « mal évaluée » soient amenés à enseigner plus que leurs collègues « bons chercheurs », il introduisait dont une concurrence de tous contre tous, sapait l’idée même de la collégialité universitaire, donnait des pouvoirs pratiquement non-contrôlés aux présidents d’université)9. La réforme de la formation et du recrutement des enseignants du premier et du second degré tendait à supprimer la formation en situation (en mettant de fait fin à l’année de stage en responsabilité dans un établissement couplée à une réflexion pratico-théorique dans le cadre des IUFM). Elle avait pour effet la suppression du lieu de cette réflexion possible et nécessaire (les IUFM précisément) et par ailleurs opposait les masters enseignements, prétendument « professionnalisants » aux masters « recherche » (ce qui risquait de provoquer, et provoque de fait, une lourde diminution du nombre d’inscrits dans ces derniers).

Un discours de Nicolas Sarkozy, tenu le 22 janvier 2009 devant des universitaires et des chercheurs fut un des éléments de poids de cette prise de conscience du sens global du discours tenu sur l’université depuis des années, du système de valeurs qui le fondait et des réformes qui en découlaient. Ce discours, dans lequel il annonce que « la bataille de l’intelligence » est engagée, fut très souvent projeté dans les assemblées des universités et des établissements tant il explicitait clairement les fondements idéologiques de ce qui arrivait. Il faudrait avoir le temps de l’écouter en entier (mais on le trouve encore en ligne, le plus souvent assorti de commentaires indignés !). J’en cite juste un extrait significatif à propos de l’évaluation (dans lequel il s’en prend au CNRS, le Centre national de la recherche scientifique) :

Nulle part dans les grands pays, sauf chez nous, on n’observe que des organismes de recherche sont à la fois opérateurs et agences de moyens à la fois, acteurs et évaluateurs de leur propre action. Je vois que cela peut être confortable. Je pourrais en tirer quelques conclusions pour moi-même. C’est un système assez génial d’ailleurs, celui qui agit est en même temps celui qui s’évalue. Qui peut penser que c’est raisonnable ?

Et un passage carrément injurieux pour les chercheurs français, dans laquelle il dénonce un prétendu retard de la recherche française :

Plus de chercheurs statutaires, moins de publications et pardon, je ne veux pas être désagréable, à budget comparable, un chercheur français publie de 30 à 50% en moins qu’un chercheur britannique dans certains secteurs. Évidemment, si l’on ne veut pas voir cela, je vous remercie d’être venu, il y a de la lumière, c’est chauffé. On peut continuer, on peut écrire. C’est une réalité et si la réalité est désagréable, ce n’est pas désagréable parce que je le dis, c’est désagréable parce qu’elle est la réalité, c’est quand même cela qu’il faut voir.

universitaire_chauffeUne des plus belles réponses qui fut faite à ce discours (mais il y en eut bien d’autres10) fut le billet que Philippe d’Iribarne, directeur de recherche au CNRS, fit paraître dans Le Monde, le 18 mars 2009. Il y convoquait la fable de La Fontaine « Le loup et le chien » :

Pourquoi quelques propos du chef de l’État, certes malheureux mais qui ne vont pas au-delà des excès de langage dont il est coutumier, ont-ils suscité un rejet aussi passionné ? La fable Le Loup et Le Chien nous éclaire. Le loup mène une vie misérable. Mais il est libre. « Flatter ceux du logis, à son maître complaire » ne font pas partie de ses obligations. Nulle trace de collier sur sa nuque. Le chien est prospère, mais soumis. Le loup envie le chien à bien des égards, mais n’est pas prêt à payer le prix qu’exige l’accès à sa condition. Les professeurs lui ressemblent. […] La situation matérielle des professeurs d’université est pitoyable. […] Même à l’aune des standards de la haute fonction publique (ne parlons pas des entreprises), leur feuille de paie, primes comprises, paraît ridicule. […] Mais ils sont libres. Ils conçoivent leurs cours comme ils l’entendent, font les recherches qu’ils trouvent bon de faire. […] C’est à cette condition que s’attaque la réforme du statut des universitaires. Il s’agit pour l’essentiel de laisser au loup la condition matérielle qui est la sienne tout en voulant lui imposer la forme de servitude qui est l’apanage du chien.

Au-delà de l’inventivité du répertoire d’action déployé par le mouvement, on a assisté au cours de ces mois-là à une riche réflexion collective (séminaires, échanges sur la liste de la coordination nationale, articles, sites web qui servent de lieux de commentaires et d’information, notamment ceux de SLR, de SLU et le blog de Sylvestre Huet11, livres et numéros de revue) qui ont abouti à l’écriture de ce qu’une des associations qui a participé très activement au mouvement – Sauvons l’université !, SLU !, association née au moment de la contestation de la LRU – a nommé « le récit politique » dans lequel ce moment spécifique s’inscrivait. Ce récit historico-politique a mis en relation les enjeux à l’œuvre dans le décret sur le statut et la transformation de la formation et du recrutement des enseignants avec les logiques de modernisation de l’université mises en place dès le Pacte pour la recherche puis dans la loi LRU. Il a montré également en quoi la LOLF (loi d’orientation relative aux lois de finance) appliquée dès 2006 avait imposé des processus de gestion administrative, renforcé des logiques d’arbitrages budgétaires et de concentration des systèmes d’information et de décision qui nourrissent la compétition entre individus et entre institutions. Le concept de « fongibilité asymétrique » mérite deux mots d’explication : il cache en effet une redoutable machine à tuer du fonctionnaire puisqu’il signifie qu’on peut prendre de la masse salariale et l’utiliser pour d’autres objectifs (payer le fuel, ou dans le meilleur des cas, faire des aménagements pour éviter qu’il ne pleuve dans la bibliothèque), mais pas le contraire ! On croit souvent que ça joue uniquement pour les personnels non enseignants, mais cette année plusieurs présidents d’université ont renoncé à recruter des enseignants-chercheurs (alors que les postes leur avaient été accordés par le ministère) pour boucler leur budget. Ce récit a également mis en évidence l’insertion de cette réalité française dans un processus européen, en analysant l’effet des injonctions de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique), du processus de Bologne (1999) et de la stratégie de Lisbonne (2000)12. Ce récit politique met en évidence que le processus de « réforme » de l’université n’est pas seulement français (même s’il y a des spécificités françaises, notamment la présence, à côté des thèses néolibérales, de la tradition jacobine de l’État français), qu’il a des partisans à droite comme à gauche de l’échiquier politique, qu’il se développe depuis plus de vingt ans avec une réelle continuité des réformes qu’il convient donc de considérer globalement et non une à une, qu’il n’est pas terminé (comme le montre la mise en place à marche forcée des COMUE, Communauté d’universités et d’établissements) à laquelle j’ai fait allusion voilà peu) et qu’il tend à « transformer le savoir en une série de biens privés, appropriables et monnayables ».

Généalogies : comment on a pensé l’université comme une entreprise

Je vais revenir de façon un peu détaillée sur un des aspects de ce « récit politique »: la façon dont on a, selon une formule de Claude Allègre, Ministre de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie dans le gouvernement Jospin (1997-2000), « instillé l’esprit d’entreprise » dans l’université13.

ERT1

Liste des membres de l’ERT

Le processus de Bologne14 (initié en 1999 et dont Claude Allègre fut un acteur central) vise à actualiser une conception de l’enseignement au service d’un « grand marché » et à intégrer l’enseignement supérieur dans la politique économique européenne). Il s’agit de “ préparer la France à cette compétition de la matière grise que sera le XXIe siècle ” en lui donnant une place de premier rang dans le cadre du marché européen de la formation supérieure qu’il s’agit de construire (la mise en place de la réforme Licence-Master-Doctorat (LMD) étant la première étape de cette construction). Il vaut la peine de connaître un peu les acteurs qui préparent ce processus et la vision de l’université qui s’y dessine. Le rôle de la Table-ronde des industriels européens (ERT, European Round Table of Industrials), lobby des grandes firmes européennes auprès de la commission, est peu connu mais l’ERT n’en joue pas moins un rôle déterminant. L’ERT produit des textes qui introduisent certains des concepts et certaines des argumentations qui feront ensuite florès : dans un rapport de 1989, Éducation et compétences en Europe, elle amène l’idée que l’acquisition de compétences doit supplanter celle des savoirs, introduit l’idée de rapprochement de l’université avec les entreprises, valorise l’enseignement à

Liste des membres de l’ERT (suite)

Liste des membres de l’ERT (suite)

distance, individualisé et pouvant se passer des institutions universitaires. En 1991, dans un autre rapport Reshaping Europe (Réformer l’Europe), l’ERT introduit les notions d’« employabilité », de « flexibilité », de « mobilité » ; en 1995, Towards a learning society (Vers une société de l’apprentissage)15, l’ERT lance l’idée de la formation tout au long de la vie (Lifelong Learning) : “ les gouvernements nationaux devraient envisager l’éducation comme un processus s’étendant du berceau au tombeau ”. C’est dans ce contexte discursif et idéologique initié par le lobby des grandes entreprises (dont la terminologie et les argumentations sont très vite reprises par la commission européenne : Apprendre et enseigner : vers la société cognitive, 1995 ; Accomplir l’Europe par l’éducation et la formation, 1997), qu’il faut situer le processus de Bologne.

Quant à la « stratégie » de Lisbonne, c’est un autre outil qui justifie l’intervention des institutions européennes dans un domaine qui, officiellement, ne constitue pas une compétence européenne. Elle se propose de faire de “ l’Europe l’économie de la connaissance la plus compétitive du monde ” et donne à l’ESR (l’enseignement supérieur et la recherche) un rôle central dans cette visée. La responsabilité des pouvoirs publics “ n’est pas seulement de continuer à fournir aux établissements supérieurs et aux étudiants un niveau suffisant de financement public, mais aussi de trouver des moyens de l’augmenter en accroissant et en diversifiant les participations privées à l’enseignement supérieur16 ” [p. 13]. Ainsi les entreprises “ pourraient, par exemple, être invitées à financer ou à cofinancer des équipements, des écoles, des bourses, des activités de rénovation de cursus, des chaires ou des départements d’université, des universités de recherche, des cours de formation pour attirer les étudiants et les apprentis vers les domaines confrontés à un manque de travailleurs qualifiés ” [ibid., p. 17]. Par ailleurs, au nom d’un calcul « coût/profit » (ça va coûter cher mais après ça va rapporter !), le rapport incite à une augmentation des frais d’inscription : cela, afin “ d’éviter le scénario catastrophe où l’insuffisance des fonds publics ne serait pas compensée par une augmentation des fonds privés, provoquant une situation endémique de pénurie financière, de baisse de la qualité et de restriction des possibilités sociales d’accès à l’éducation et à la formation ” [ibid., p. 14]. Fondant la démarche sur la compétition et la comparaison entre les pays (on est dans ce que le management nomme le benchmarking), le rapport, estimant qu’est en jeu « le bien commun européen » incite à féliciter les bons et à blâmer les mauvais (“ Au Conseil européen de Lisbonne, la Commission européenne devrait présenter, de la manière la plus publique possible, un classement annuel de progrès accomplis par les États membres sur la voie de la réalisation des objectifs clés de Lisbonne. Les pays qui ont obtenu de bons résultats devraient être félicités, tandis que ceux dont les performances sont médiocres devraient être blâmés17 ”).

Bologne et Lisbonne, ainsi que les projets de réforme de l’université qui en découlent visent bien “ une subordination de la production et de la transmission du savoir à la seule norme de l’utilité et de la rentabilité […] au détriment des enjeux de connaissance proprement théoriques ou civiques18 ”.  La question n’est évidemment pas que la science ne doive jamais être appliquée, qu’aucun brevet ne doive être déposé à partir de découvertes scientifiques. Il s’agit simplement de rappeler (et de pouvoir affirmer) que l’objectif premier de l’université est la production de savoir et c’est bien cet objectif que la logique néolibérale tend à remettre en question, voire à faire disparaître. Et cela, soit dit en passant, pas seulement à l’université, car il y a eu en France, sous la présidence de Nicolas Sarkozy une politique de réforme de l’ensemble des institutions, nommée RGPP (Révision générale des politiques publiques), censée consister en une analyse des missions et actions de l’État, suivie de la mise en œuvre de scénarios de réformes structurelles et qui a été à l’œuvre dans les toutes les sphères de l’ancien appareil administratif et institutionnel français, qu’il s’agisse de l’Université, de l’Hôpital ou de la Justice. Partout les mots-clés de cette Révision générale sont les mêmes (contractualisation, évaluation permanente des résultats, mise en concurrence des fonctionnaires, pouvoirs renforcés des chefs à tous les échelons de la hiérarchie). Et on n’a pas franchement l’impression que sous le nouveau nom acquis après l’élection du président François Hollande (cela se nomme désormais « modernisation de l’action publique ») les choses et les mots changent beaucoup ! Ce sont les concepts du New public management (né dans le monde du management des entreprises) qui régissent la mise en place de ces réformes. Au centre de cette démarche, il y a le refus et le rejet de l’institution : celle-ci doit être bousculée (sinon elle s’endort), il faut que ça bouge, tout doit devenir mobile, souple, malléable, réformable en permanence. Le « Nouveau management public » se place “ sous le signe de l’efficacité, de la « bonne gestion », de la « qualité », des « bonnes pratiques »19. Les personnels non enseignants de l’ESR y sont confrontés chaque jour et pour elles et eux cela signifie précarité, contractualisation, externalisation des fonctions, suppression de postes et, trop souvent, souffrance au travail. Mais la précarité est aussi le lot des jeunes chercheurs recrutés (dans le meilleur des cas pour trois ans) dans le cadre des AAP (appels à projets) de l’ANR. Au nom de l’efficacité, les réformes néolibérales tendent à inciter les universités à réorienter leurs enseignements vers la délivrance de diplômes rentables (pour les étudiants, mais aussi pour l’université qui les délivre) et leur recherche vers la recherche appliquée, productrice de brevets rémunérateurs, plus que vers la connaissance proprement scientifique. On va même jusqu’à admettre la spécificité (pas vraiment ?) des SHS (Sciences humaines et sociales) qui peuvent ajouter à la rémunération monétaire (contrats pour des enquêtes ou des expertises) une rémunération symbolique (la visibilité que donne une exposition avec un musée ou une bibliothèque). Au nom de l’efficacité encore, on tend à quantifier l’évaluation de la qualité des équipes de recherche et des chercheurs : au moment de rendre un bilan et un projet de « contrat quinquennal » (sic !), les laboratoires doivent fournir des listes exhaustives des publications des chercheurs, dire dans quelles revues, dans quelle langue (au singulier, il n’y en a qu’une qui vaille, l’anglais), chercher la case dans laquelle on peut indiquer les livres édités (elle n’est pas prévue, mais avec un peu d’inventivité on arrive à la créer). C’est à partir de ces indicateurs chiffrés que les laboratoires seront évalués… et de cette évaluation dépendra leur financement récurrent. Enfin – et je cite maintenant la présentation du numéro de la Revue du MAUSS – “ dès lors que la carrière de chacun dépend exclusivement de la cote bibliométrique atteinte et que celle-ci ne s’obtient qu’en publiant dans des revues spécialisées où ne règnent, de façon auto-référentielle, que les experts plus ou moins autoproclamés du champ – les experts sont ceux que reconnaissent les experts dont ils sont reconnus –, la référence à un savoir général commun devient non seulement inutile mais contre-productive et dangereuse ”. L’ensemble de ces tendances ne sont pas spécifiques au cas français. On les trouve à des degrés divers dans toute l’Europe et en Amérique du Nord où, à en croire le livre de Bill Readings, Dans les ruines de l’université, publié en 1996, “ désormais gérée selon la rhétorique de l’excellence, [l’université] est devenue un marché de production, d’échange et de consommation comme un autre20 ”.

Il y a cependant une vraie spécificité du cas français, liée à la longue tradition jacobine de l’État. Le pouvoir politique central exhorte à l’autonomie (du coup il donne moins d’argent : ne faut-il pas être responsable ?), mais il tend en même temps à maintenir voire à augmenter son contrôle politique. Le moment de la signature des contrats quinquennaux, avec la venue des comités d’évaluation de l’AERES (qui sera remplacée, un jour, par le Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, qui fera la même chose de la même façon) dans les équipes de recherche et les établissements ainsi que les lettres de cadrage envoyées par la DGESIP (Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle) aux présidents d’université sont un grand moment de cette « autonomie » sous contrôle bureaucratique21.

©itescia.fr

©itescia.fr

Un seul exemple, très récent, puisqu’il s’agit d’une « lettre d’attention » (c’est là un terme de la novlangue de la contractualisation qui indiquerait une différence avec la classique « lettre de cadrage » : on comprend en tout cas que celui qui reçoit une telle lettre doit « faire attention » !) relative à la préparation du contrat pluriannuel. Elle fut envoyée le 24 avril 2014 par la DGESIP (Directrice générale pour l’enseignement supérieur et l’insertion professionnelle – mais la DGESIP c’est aussi la direction générale !), Simone Bonnafous, à la présidente de l’Université Paris 8, Danièle Tartakovski. J’en cite deux extraits. L’un porte sur les écoles doctorales et les « bonnes pratiques » souhaitées par le ministère :

Il appartiendra aux responsables des deux universités tutelles de ces écoles doctorales d’agir sur leur fonctionnement afin de renforcer une dimension de « bonne pratique » au sein de la formation doctorale de leur établissement. Cette recommandation porte notamment sur le taux de non-financement des doctorants qui, dans un certain nombre de cas, avoisine les 50% de doctorants, ce qui est très au-delà des limites acceptables, y compris dans le champ des sciences humaines et sociales (27% en moyenne nationale).

Le second porte sur les finances et montre bien que l’État veut à la fois contrôler de près les universités « autonomes » (ce qui se nomme « le rôle stratégique et régulateur de l’État ») et donner le moins d’argent possible :

Afin de maintenir sa situation financière et consolider son autonomie, l’université fixera un objectif d’accroissement des ressources propres : valorisation des activités de recherche, études, prestations de service et plus particulièrement le secteur fort de la formation continue où la certification sera par ailleurs recherchée.

Conclusion : des valeurs à défendre

Les réactions face à ce mouvement global de transformation utilitariste de l’université (dont on aura compris qu’il s’agit d’un mouvement qui tend à introduire l’esprit et les modalités de fonctionnement de l’entreprise dans l’enseignement supérieur et à bannir ce qui est, non pas inutile, mais non producteur de profit immédiat) ne se sont pas limitées à la France : il y en a eu beaucoup, dans nombre de pays, trop nombreux pour tous les citer (mais on se souvient encore certainement du mouvement catalan de 2009, du Printemps érable au Québec de 2012, du mouvement anglais contre l’augmentation des frais d’inscription de 2011, du mouvement chilien de 2011, qui se poursuit encore aujourd’hui…). Le mouvement de 2009 n’est parvenu qu’à obtenir quelques modifications marginales et un peu de retard dans l’application des réformes voulues par le pouvoir. On peut même parler de défaite. Mais la réflexion politique qui a été menée, sur le sens du processus en cours, sur la façon dont on peut l’interroger et lui donner sens sont un acquis qui ne sera pas perdu. En ce sens là aussi, c’est bien l’université en tant que lieu de production de savoir qui s’est trouvée mobilisée. Il lui revient de diffuser ces savoirs-là aussi dans la société, d’interroger ce qu’il y a sous l’apparent bon sens de la constellation des mots qu’utilise la vulgate managériale et néolibérale, d’affirmer les valeurs de la connaissance libre et partageable. Qu’il reste des valeurs que nous partageons, un idéal universitaire vivace, indissociable de la culture humaniste et démocratique, c’est ce dont témoigne le discours d’investiture tenu en octobre 2007 par Drew Gilpin Faust, première présidente de l’université de Harvard (il n’est pas indifférent de savoir qu’il s’agit d’une historienne, spécialiste de la guerre civile américaine, et qu’elle revendique le fait d’avoir été une des marcheuses des manifestations pour les droits civiques des années 1960). Je cite quelques extraits de ce discours qui a fait le tour du monde universitaire et qui a très souvent été repris, dans des tracts et des articles, pendant le mouvement de 2009 :

L’essence de l’université est qu’elle est responsable envers le passé et l’avenir d’une manière qui peut (doit) entrer en conflit avec les demandes du moment. […] Nos engagements sont intemporels et nous sommes mal à l’aise pour les justifier en termes instrumentaux. Nous les poursuivons non parce qu’ils peuvent accroître notre compétitivité internationale, mais “pour eux-mêmes”, parce qu’ils définissent ce qui, au cours des siècles, nous a faits humains. Et ces investissements ont des rendements que nous ne pouvons ni prédire ni mesurer. […] Les universités, par nature, nourrissent une culture de turbulence et même d’indiscipline. […] Il n’est pas facile de convaincre une nation ou le monde de respecter, encore moins de financer, des institutions dont la vocation est de défier les postulats de la société.

Mon intervention pourrait se terminer par cette citation. Je voudrais juste ajouter une remarque finale sur l’état d’esprit qui m’anime dans un combat dont l’issue est incertaine. J’alléguerai de très grands exemples et de très grand noms… Mais quand il s’agit de se trouver des raisons pour ne pas baisser les bras dans ce combat inégal, il ne faut pas lésiner ! Machiavel d’abord : il nous indique une position éthique simple face aux revers et aux difficultés. Il faut, dit-il, « non si abbandonare mai », « ne jamais se laisser aller, ne jamais s’abandonner » :

Ils ne doivent pourtant jamais s’abandonner ; en effet, comme ils ne connaissent pas ses fins [= les fins de la fortune], et qu’elle emprunte des chemins détournés et inconnus, ils doivent toujours espérer et, en espérant, ne pas s’abandonner, quelque soient la fortune ou les difficultés dans lesquelles ils se trouvent22.

Dans une version nettement plus pessimiste, mais tout aussi ferme, Antonio Gramsci rapporte, dans une des notes de ses Quaderni del carcere (Carnets de prison), une maxime qui exprime la sagesse des zoulous : “ il vaut mieux avancer et mourir, que s’arrêter et mourir23 ”. En moins tragique (même si elle fait zulu warréférence à sa propre expérience de résistant et à celle des dissidents tchèques et notamment celle des rédacteurs de la Charte 77 et de Vaclav Havel), cette remarque de Jean-Pierre Vernant, résistant et historien de la Grèce antique, sur ce qu’est « le vrai courage » : “ Le vrai courage c’est, au-dedans de soi, de ne pas céder, ne pas plier, ne pas renoncer. Être le grain de sable que les plus lourds engins, écrasant tout sur leur passage, ne réussissent pas à briser24 ”. C’est peut-être cette métaphore du grain de sable qui convient le mieux au propos d’aujourd’hui… être les grains de sable qui grippent la machine puissante de la transformation néolibérale de l’université : c’est ce que je vous/nous souhaite ! Je vous remercie.

Notes :

1. Archives Le Monde, Libération, Rue89, 20 minutes. Une récapitulation est accessible sur le site de la Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR). La « version du 20 avril 2007 », censée être dans 20 minutes, n’a pu être retrouvée.

2.
Question du journaliste de 20 minutes : Si je veux faire littérature ancienne, je devrais financer mes études ?
Réponse du candidat Nicolas Sarkozy : Vous avez le droit de faire littérature ancienne, mais le contribuable n’a pas forcément à payer vos études de littérature ancienne si au bout il y a 1000 étudiants pour deux places. Les universités auront davantage d’argent pour créer des filières dans l’informatique, dans les mathématiques, dans les sciences économiques. Le plaisir de la connaissance est formidable mais l’État doit se préoccuper d’abord de la réussite professionnelle des jeunes. Voir Nicolas Sarkozy dans : 20 minutes, 16 avril 2007 (http://www.20minutes.fr/france/151848-le-pen-interesse-pas-electorat-si).

3. Cet «entretien exclusif » a paru initialement dans VSR, la revue du Syndicat national des chercheurs scientifiques, puis dans la Revue du Mauss, 2009/1, n° 33, pp. 137-140.

4. “ Motion n°1 : La coordination nationale des universités, qui rassemble les représentants de 46 établissements, s’est réunie ce jeudi 22 janvier 2009 à l’Université Paris 1. Elle condamne la mise en place d’une politique d’affaiblissement structurel de l’enseignement et de la recherche, la précarisation des personnels de toutes catégories, notamment au travers de l’individualisation des carrières, de la mise en place du nouveau contrat doctoral et des suppressions d’emplois. Elle exige le rétablissement des postes supprimés, un plan pluriannuel de création d’emplois statutaires dans les universités et les grands organismes de recherche, et soutient les mobilisations en cours. Elle déclare que si le Ministère ne retire pas, sans préalable : 1) le projet de décret sur le statut des enseignants-chercheurs, 2) la réforme de la formation et des concours de recrutement des enseignants du premier et du second degré, l’université française se mettra en grève totale, reconductible et illimitée : le 2 février 2009 l’université s’arrête ”.

5. Les juristes tiennent jusqu’à la fin février, ainsi que les Instituts d’études politiques, mais sans jamais vraiment faire grève. Ils participent seulement aux réunions et manifestations.

6. Cette frange a un peu augmentée, notamment à Paris, du fait que l’UNEF (Union nationale des étudiants français) appelle, à reculons cependant, à participer aux manifestations, contrairement à 2007 où clairement ils avaient négocié avec Pécresse leur retrait du mouvement de l’époque (obtenant l’augmentation du nombre des bourses et la non-augmentation des frais d’inscription, négociant en outre que grosso modo la licence soit un diplôme quasi-automatique pour tout étudiant).

7. Pourquoi le mouvement s’arrête-t-il en mai ? Essentiellement à cause des examens car on bloque sur le fait d’aller jusqu’au bout et de les faire sauter. Mais si on bloque c’est aussi parce qu’il n’y a plus qu’une demi-douzaine d’universités où il y a encore une vraie grève des cours (5 ou 6 à Paris, Toulouse II, Lille III, les Lettres et sciences humaines à Aix, Lyon II, Rennes II, guère plus). Même le syndicat SUD étudiants ne voulait pas entendre parler de faire sauter les examens – il voulait qu’on les donne automatiquement comme le « paiement des jours de grève » et « comme les profs avaient été payés pendant leur grève » (ce qui est faux par ailleurs, note de l’éditeur). L’UNEF n’en parlons même pas… La fraction de centre-droit du mouvement – Qualité de la Science Française (QSF, une association créée en 1982 et composée principalement de professeurs au niveau de sa direction et dans laquelle les juristes dominent) – quitte le mouvement lorsque la coordination nationale est en partie prise par des groupes d’étudiants gauchistes. Mais le point le plus important pour QSF demeurait la question du statut de l’enseignant-chercheur.

8. Au point que certains ont parlé à ce propos de « servitude volontaire ». Voir Yves Dupont, L’université en miettes. Servitude volontaire, lutte des places et sorcellerie, Montreuil, Éditions L’Échappée, 2014.

9. Dans la Revue du Mauss, Grégoire Chamayou démontre, de manière aussi divertissante qu’implacable, comment tout, dans cette nouvelle norme épistémique, incite les chercheurs à faire semblant de trouver plutôt qu’à trouver réellement. Ou même à chercher. Voir Revue du Mauss, 2009/1, n° 33, pp. 208-226.

10. Pour une analyse critique détaillée, voir Antoine Destemberg, Un commentaire de texte du discours de Nicolas Sarkozy…, in : L’Université et la recherche en colère. Un mouvement social inédit, Éditions du Croquant, 2009, p. 115-157.

11. Une donnée quantitative intéressante : pendant le mouvement de 2009, le site de SLU! passe d’une moyenne de 500 à 600 connexions maximum par jour avant octobre 2008, à 2000 en janvier 2009, puis jusqu’à 8000, voire 10000 durant les pics du mouvement. De même, le blog du journaliste de Libération Sylvestre Huet, {Sciences2},  passe d’un site donnant essentiellement des informations à un site parlant surtout de politique universitaire. Il « explose » au passage toutes ses données de connexion et devient une sorte de site officieux des événements de la grève. S. Huet remerciera d’ailleurs publiquement le président Sarkozy d’avoir été son meilleur agent publicitaire.

12. Je reprends ici l’analyse de SLU!. Voir notamment SLU, « Et si c’était maintenant que ça commençait ? », in : Claire Akiko-Brisset, L’université et la recherche en colère. Un mouvement social inédit, p. 359.

13. Il faut instiller l’esprit d’entreprise dans le système éducatif, Claude Allègre, Les Echos, 1998.

14. Voir les analyses de Alain Caillé et Philippe Chanial, Ahmet Insel, Sandrine Garcia, Christian Laval, Alberto L. Bialakowski dans la Revue du MAUSS, 2009/1, n° 33 : “ L’Université en crise. Mort ou résurrection ? ”. Voir aussi celles d’Isabelle Bruno, Geneviève Azam et Christian de Montlibert dans L’université et la recherche en colère, op. cit.

15. http://www.ert.eu/sites/default/files/1995%20Education%20for%20Europeans%20-%20Towards%20the%20Learning%20Society.pdf.

16. Investir efficacement dans l’éducation et la formation : un impératif pour l’Europe, Commission européenne, 2003. Voir http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=CELEX:52002DC0779.

17. Relever le défi, les objectifs de Lisbonne pour la croissance et l’emploi, Rapport du groupe de haut niveau, présidé par M. Wim Kok, novembre 2004, p. 49.

18. Alain Caillé Alain & PhilippeChanial , « Présentation », Revue du MAUSS, 2009/1, n° 33, p. 5-30.

19. Geneviève Azam, L’institution universitaire face à l’économie de la connaissance, in : L’université et la recherche en colère, p. 87.

20. Bill Readings, The university in ruins, Cambridge/Londres, 1996 (traduction française par Nicolas Calvé, préface de Jean-François Vallée, Dans les ruines de l’université, Lux éditeur, 2013).

21. Cf. le texte fondateur de SLU !, Les présidents d’université ne parlent pas en notre nom, qui partait de l’idée que ce qui se passait en France c’était le mariage des logiques néo-libérales et du centralisme autoritaire, dupliqué dans toutes les situations locales, sur le modèle des petits Sarkozy partout !

22. Machiavelli, Discorsi, II, XXIX, 24-25, ed. Inglese, BUR, 1984. Affermo, bene, di nuovo, questo essere verissimo, secondo che per tutte le istorie si vede, che gli uomini possono secondare la fortuna e non opporsegli ; possono tessere gli orditi suoi, e non rompergli. Debbono, bene, non si abbandonare mai ; perché, non sappiendo il fine suo, e andando quella per vie traverse ed incognite, hanno sempre a sperare, e sperando non si abbandonare, in qualunque fortuna ed in qualunque travaglio si truovino.

23. Quaderni del Carcere, 15 § 12 : Passato e presente. La saggezza degli zulù ha elaborato questa massima riportata da una rivista inglese : « È meglio avanzare e morire che fermarsi e morire ».

24. J.-P. Vernant a déclaré cela en 1998, dans un discours qu’il a prononcé en République tchèque et publié ensuite dans : La traversée des frontières, 2004. Désormais in : Œuvres, Paris, Seuil, vol. II, p. 2316.

 

La confession (Olivier Stanislas Perrin, XIXe siècle)
© MuCEM

Destin de l’enfance à l’heure des nouvelles politiques de prévention

Dans Nos enfants sous haute surveillance que j’invite à lire pour la qualité de l’analyse, Sylviane Giampino & Catherine Vidal dénoncent le dépistage précoce des enfants sur des bases neuronales, génétiques ou de fréquence de facteurs de risque afin d’identifier les futurs individus antisociaux. Et donc ce qu’elles appellent cette « nouvelle » politique de prévention dont l’effet est de changer le regard social sur l’enfance, la bienveillance cédant à l’inquiétude depuis la fin des années 1990.

Punition

Punition
© RMN-Grand Palais/Franck Raux

La psychanalyste et la neurologue soutiennent que ces dérives sont perceptibles dès le début des années 1980 où bases de donnéesapparaissent fiches informatisées, utilisation de la vidéo et grilles d’évaluation d’une part, notions de facteur de risque et de population cible, d’autre part. Nouvelle politique de prévention qu’elles assimilent notamment à une :

 Montée de l’observation objectivante du comportement des bébés et des mères… début de l’engouement pour le visible et le quantifiable dans l’abord du psychique naissant ” (p. 27)

Elles soulignent également que cette politique de prévention provient d’un modèle anglo-saxon qui déferle sur l’Europe. Un modèle où l’idée ne consiste pas dans la prévention précoce de la souffrance psychique, mais dans le repérage prédictif des difficultés de comportement, voire de la délinquance. Ce qui revient à asservir la prévention à des injonctions de contrôle social et de sécurité publique, dont elles notent la petitesse des objectifs qui tranche avec la débauche de moyens technologiques mis en œuvre :

“ On dépiste à grande échelle très tôt, et puis ? On installe un suivi contrôle, et puis ? On fait un signalement au juge ? On inscrit dans le fichier Base élèves ? On informe le maire et la commission pour la prévention de la délinquance. Et après ? Que propose-t-on de mieux du côté de l’accompagnement, des soins et de l’aide pour les jeunes en difficulté ? L’enfermement ? ” (p. 211).

C’est également un constat que pose la psychanalyse Hélène Bonnaud. Dénonçant “ l’impératif scientiste ” qui s’est emparé du soin, elle note que le “ savoir chiffré du symptôme… n’attend rien d’autre qu’un diagnostic dont la vocation serait d’organiser un avenir de cases à cocher pour chaque enfant ” (H. Bonnaud, 2013, p. 64).

Il me semble toutefois que la profondeur historique de cette nouvelle politique de prévention est un peu plus reculée, lointaine que ce que Giampino & Vidal soupçonnent. Repérer cette épaisseur n’est pas sans effet de connaissance quand on cherche à comprendre les transformations en cours. Simplement parce qu’on se donne les moyens de construire des liens inédits entre des faits peu repérables sur une courte durée.
Je pousse l’hypothèse du bout des doigts que ces nouvelles politiques de préventions peuvent s’éclairer au sein d’une configuration historique qu’on pourrait faire démarrer au XVIIIe siècle. Cela dirait non seulement l’ancienneté de l’interrogation – la nouveauté que la modernité est si friande d’annoncer à tout bout de champ ressort rarement indemne d’un regard historique –, surtout, qu’il ne s’agirait pas d’une mince affaire dans le gouvernement des hommes : la question de la formation de l’État, la constitution d’un discours de la science, de leurs rapports, suffisent à en souligner les enjeux. Par quels traits stylisés caractériser cette configuration ? Depuis la fin du XVIIIe siècle, lire l’homme, du visible vers l’invisible, des bosses du crâne ou des traits du visage vers les facultés ou les penchants, des images cérébrales vers les états mentaux, est devenu un enjeu de savoir crucial. Retrouvant d’anciennes préoccupations pastorales du contrôle des âmes, dans le contexte de la construction des États-nations modernes après la Révolution française, cette préoccupation rencontre notamment le discours de la science – comme visée de connaissance de l’homme, le mot science est forgé dans les années 1860 en tant qu’idéologie accompagnant le développement industriel – qui va régulièrement fournir de nouveaux outils et de nouvelles langues pour rendre l’homme moins opaque – il n’échappera à personne que tout pouvoir politique se montre gourmand de recherches de ce type. Depuis le XVIIIe siècle encore, se met en place l’idée d’État préventif. Elle s’incarne en Allemagne dans une science administrative, la science camérale, qui est d’abord une science de la police avant de devenir, toujours en Allemagne, une science qui prend soin des populations (qui veut son bonheur), par laquelle sont noués les mots soin/surveillance, les verbes prévoir/calculer.

Il n’y a bien sûr pas au sein de cette configuration de récit unique ou d’histoire totale susceptible de rendre compte de phénomène complexe dans le temps et l’espace, qui concerne de nombreuses séries causales indépendantes dont certaines viennent, de façon contingente, s’épauler, conjuguer leurs effets, rendre plus probable telle configuration historique que telle autre. Il est possible cependant de dessiner certaines lignes d’intelligibilité et j’en propose une à la réflexion avec le sociologue Robert Castel qui la conçoit bien ainsi1. La gestion des risques est un livre magistral. Écrit en 1981 (et synthétisé dans un article de 1983), il anticipe des processus aujourd’hui très efficients, remet en question quelques idées reçues, et bien sûr comporte ses propres points aveugles.

Robert Castel propose une ligne d’interprétation des nouvelles politiques de prévention qui se développent dans les années 1970-1980 surtout aux États-Unis et en France qui remplacent la vieille notion de dangerosité par celle de risque. Il soutient l’hypothèse qu’il s’agit d’une poussée qui touche la pratique thérapeutique traditionnelle de la médecine mentale (et l’intervention du travail social) dans le sens où on assiste à :

– La dissolution de la notion de sujet au profit d’une combinatoire de facteurs de risques.
– La construction de flux de population à partir de l’assemblage de ces facteurs qui a deux effets. L’un, pratique : le moment de l’intervention cesse d’être une relation de prise en charge par la coprésence des corps. Les spécialistes sont subordonnés aux administrations et à la gestion bureaucratique différentielle de populations à risques. Dit autrement, les opérateurs de terrain deviennent donc des auxiliaires de politique administrative fondée sur des exigences d’indicateurs (aspect purement gestionnaire). L’autre, politique : “ Ces nouvelles formules de gestion des populations paraissent s’inscrire dans un plan de gouvernementalité propre aux sociétés actuelles ” (R. Castel, 1983, p. 119).

Reprenons l’histoire. Castel rappelle que la dangerosité est au cœur de l’aliénisme. C’est une notion d’emblée paradoxale. Elle est une qualité immanente au sujet et une donnée aléatoire qui a un caractère d’imprévisibilité. Elle représente le fou à la fois comme irresponsable – il ne peut être puni – et dangereux – il faut le neutraliser. Dans ce cadre de pensée, une politique de prévention ne peut donc fonctionner qu’au cas par cas, et demeure frustre : l’internement obligatoire était alors la solution pour concilier l’intérêt du fou (un malade à soigner) et celui de la société (sa sécurité). La limite fut très tôt soulignée, du côté du coût d’autant que multiplication des « anormaux », ou du côté de la faible valeur préventive puisque la dangerosité ne se révèle qu’après-coup. Une autre solution était proposée, à savoir la stérilisation, centrée sur la défense sociale, longtemps prônée mais aussi appliquée dans de nombreux pays. À ce propos, Castel rappelle les mots du psychiatre C. F. Mc Donald, président de l’Association américaine de psychiatrie : “ une guérison radicale des maux qu’entraîne l’existence d’une classe de déficients à charge serait réalisée si tous les faibles d’esprit, tous les aliénés incurables et tous les épileptiques, tous les imbéciles, tous les criminels récidivistes, tous ceux qui souffrent manifestement d’une carence de la volonté et tous les ivrognes invétérés étaient stérilisés ” (Dans American Journal of Insanity, jul. 1914, p. 9, cité dans R. Castel, 1983, p. 121). La pratique se verra délégitimée après que fut connu le programme de meurtres eugénistes perpétrés par le régime nazi2.

Big Brother is watching you ? © Takato Marui

Big Brother is watching you ? © Takato Marui

Castel va ensuite proposer non des étapes (qui inexorablement débouchent sur), mais des ponctuations sous forme de « … », c’est-à-dire qui auront ou pas un destin dans l’histoire en fonction des contingences.
Dès le milieu du XIXe siècle, Bénédict Morel proposait de raisonner en termes de fréquences de maladies mentales dans les populations pauvres à corréler avec les conditions de vie (alcool, habitat, etc.). Le célèbre aliéniste, autrement dit, avait l’intuition qu’il fallait anticiper la survenue du passage à l’acte en surveillant certaines catégories de population. Il conseilla d’ailleurs le préfet de la Seine-Inférieure de faire pratiquer une surveillance spéciale des pauvres. Mais ce qu’il appelle la « prophylaxie préservatrice » ne disposait pas de technologie susceptible de lui donner chair. La politique de prévention visée revient à un traitement moral généralisée, et non plus individuel : l’asile demeure son cadre d’action.

Castel fait ensuite un bond vers la psychiatrie préventive fondée dans les années 1960 à partir des travaux de Gerald Caplan. Celui-ci propose une extension de l’action du psychiatre, à la fois comme conseiller des administrations et intervenant dans une large gamme de problèmes sociaux. Mais toujours sur le mode de la relation clinique au patient identifié. Castel note qu’en 1969, Nixon avait reçu un avis négatif sur un rapport préconisant de tester tous les enfants de 6 à 8 ans afin de repérer les tendances violentes. L’État ne disposait pas de la logistique matérielle, humaine et juridique : ne peuvent être pratiqués que des examens systématiques sur des groupes restreints porteurs de risques spéciaux. Mais l’idée est là, de nouveau.

Les Parques

Les Parques (Alfred Lagache, fin XIXe siècle)
© RMN-Grand Palais/Hervé Lewandowski

Un fait que Castel ne semble pas connaître : L’idée que le calcul de probabilité de risques est supérieur à l’évaluation clinique pour la prédiction de la dangerosité se serait en fait imposée graduellement sous l’influence aux États-Unis du psychologue Paul Meehl. Dans Clinical versus Statistical Prediction. A Theoretical Analysis and a Review of the Evidence (1954), Meehl défend la thèse que les méthodes formelles d’analyse des données fournissent de meilleurs pronostics et pourrait amener à produire des outils automatiques d’aide à la décision. Cet auteur est repris dans les années 1980, même parmi les cliniciens.

Castel voit les premiers signes des nouvelles politiques de prévention en France dans la loi du 30 juin 1975 en faveur des personnes handicapées. Issue d’un rapport de 1967 écrit par un haut fonctionnaire, la loi, premièrement, définit le handicap par l’inadaptation à la société (soit environ 7 millions d’inadaptés physiques, sociaux et de débiles mentaux), deuxièmement, instaure des commissions départementales composées en majorité de personnel administratif chargées de statuer sur le handicap, et troisièmement, fait obligation aux proviseurs de dresser la liste des enfants présentant des difficultés ou des retards scolaires, comportant donc des renseignements médicaux, sociaux et un examen psychologique. Significative aux yeux de Castel dans le sens où il s’agit de l’unification de cas hétérogènes par une seule instance de décision et sous la férule de la question des performances sociales – cette homogénéisation provoque d’ailleurs l’ire des professionnels de la santé qui fustigent ce type de caractérisation en termes de handicap comme un obstacle au traitement différentiel dans le sens où il y a dissociation entre le diagnostic et la prise en charge.
Un saut est rendu possible par la notion de risque qui rompt la relation directe de l’intervention en médecine mentale. Et pour Castel, c’est encore la France qui fait office d’innovation. Ce dont il ne faut pas s’étonner à son avis : “ Une telle évaluation n’a rien eu d’irrationnel dans un univers politico-social où règnent énarques, hauts fonctionnaires et autres représentants efficaces d’un pouvoir dont le mode d’action s’est fait de plus en plus occulte. Simplement, elle casse l’ambition synthétique sur laquelle la psychiatrie classique avait vécu et que la psychanalyse n’avait pas répudiée : faire du regard (ou de l’écoute) qui détecte une souffrance et de l’acte qui s’efforce d’y répondre les deux faces d’une même opération ” (R. Castel, 1983, p. 133). Deux programmes verront jour :

– Le système GAMIN (Gestion automatisée en médecine infantile). Mis en place en 19763, il doit dépister des anomalies médicales et sociales sur tous les enfants qui naissent, à 8 jours, 9 mois puis 2 ans et établir des fiches prioritaires automatiquement générées donnant lieu à une procédure de surveillance médico-sociale particulière. C’est une nouvelle modalité de la surveillance appuyée sur le dépistage systématique qui fait l’économie de la présence réelle d’un spécialiste et qui se fonde sur le fichier informatique et le traitement préalable de facteurs de risques “ qui élève le soupçon à la dignité scientifique d’un calcul de probabilités ” (R. Castel, 1983, p. 123). Autrement dit, passage du symptôme apporté (raconté) par un sujet à une combinatoire de traits qui biffent le sujet. La CNIL4 saisie ne remettra pas en cause l’idée mais demandera l’anonymat des données. Rappelons que 47 % des nouveaux-nés en Île-de-France étaient à risques dans ce système abandonné en 19815. L’énormité du chiffre montre la distance qui sépare l’entreprise de chiffrage d’un diagnostic.
– Le système AUDASS (Automatisation départementale de l’action sanitaire et sociale) qui fiche les enfants qui relèvent de l’aide sociale à l’enfance.

Relevant au passage que cette “ bonne conscience préventive si hypertrophiée ” (R. Castel, 1983, p. 124) ne donne lieu à aucune réflexion sur les coûts ou sur ses aspects iatrogènes, Castel insiste sur les conséquences pour la médecine mentale ou le travail social. Leurs manières de faire perdurent mais le médico-psychologique se voit de plus en plus réduit à une expertise dans le but de marquer un individu, de lui attribuer un profil l’inscrivant dans une filière particulière. Ce à quoi on assiste, c’est la gestion autonomisée de populations sur la base de profils différentiels qui ne sont plus que « vues » par les professionnels de terrain et non plus suivies. Ce faisant, ceux-ci se voient subordonnés aux administrations qui ont le monopole et la maîtrise des technologies informatiques qui stockent, traitent et distribuent des cohortes dans différents circuits. Au bout du compte, Castel parle de « mutation » (R. Castel, 1981, p. 142) dans le sens où la prévention n’est plus la prévention des conditions qui favoriseraient ceci ou cela, mais la surveillance au sein de populations statistiquement identifiées. La question est passée du danger au risque, les exigences gestionnaires se sont autonomisées vis-à-vis des praticiens grâce à l’informatique, l’expertise précède et surplombe le soin qui ne concerne plus qu’un secteur limité dans la masse des banques de données.bdd

“ On peut se demander… si ces orientations n’inaugurent pas de nouvelles stratégies de gestion de populations propres aux sociétés dites « néo-libérales » ”, écrivait-il en 1983 (R. Castel, 1983, p. 126). Ni ségrégation des indésirables, ni assistance mais assignation de “ destins sociaux différents aux individus en fonction de leur capacité à assumer les exigences de la compétitivité et de la rentabilité ” (id.) dans un ordre social obsédé moins par la discipline que par l’efficience et soucieux de gérer scientifiquement les trajectoires sociales des individus au nom de la prévention des risques.

La nuit de joie d’Enitharmon ou Hécate (William Blake, c. 1795)

La nuit de joie d’Enitharmon ou Hécate (William Blake, c. 1795)
© Tate, Londres – Dist. RMN

Dans la préface à la réédition de La gestion des risques en 2011, Castel écrira que cette hypothèse-là s’est depuis lors vérifiée : le principe directeur de gestion des populations à risques caractéristique d’un nouveau mode de gouvernementalité néolibérale se généralise ; de même que le principe d’un autogouvernement par la psychologie qui cherche à intensifier les potentiels personnels et relationnels des gens pour l’accomplissement de soi qui après le mouvement du potentiel humain et la psychologie humaniste des années 1970 a pris consistance du fait de la rencontre avec le néolibéralisme qui promeut ce qu’il appelle un “ État social actif ” (R. Castel, 2011, p. 12), qui cherche à maximiser le capital humain pour affronter la concurrence, la compétition. Ces deux courants ne sont pas assimilables mais “ ces approches se caractérisent par le même pragmatisme, le même souci d’efficience, et la même volonté d’instrumentalisation, tantôt pour conjuguer les menaces que portent certains individus ou groupes d’individus, tantôt pour maximiser leur rentabilité ” (R. Castel, 2011, p. 13). Peut-être n’insiste-t-il pas suffisamment, par manque de recul, sur ce que la mutation doit à l’informatique. Et c’est peut-être pourquoi il ne fait pas mention que la rationalité gestionnaire, idéologie envahissante, est développée par IBM au début des années 19806. Elle marque l’emprise de l’organisation à des fins d’optimisation fondée sur l’excellence, l’efficacité, l’adaptation, la flexibilité et qui revient à déplacer la conflictualité du social vers le psychique, de l’extérieur vers l’intérieur. La mutation est peut-être d’abord à ce niveau. Ou plutôt la révolution si je suis Clarisse Herrenschmidt. Cette immense spécialiste des langues et religions de l’Iran pré-islamique (et de la Grèce antique) distingue trois révolutions graphiques, trois grandes inventions dans l’histoire de l’humanité, 1. Celle de l’écriture des langues sur la bulle-enveloppe vers – 3 200 (en Mésopotamie), 2. Celle de l’écriture monétaire arithmétique sur le globule d’argent vers – 620 (en Grèce), 3. Celle de l’écriture informatique avec l’ordinateur dans les années 1940. Force est de contacter avec elle qu’on ne dispose pas de beaucoup de recul pour penser les conséquences de cette révolution sur l’évolution des réseaux, les transformations de l’écrit, les mutations des pratiques intellectuelles, les bouleversements de la gouvernementalité néolibérale7.

À titre d’expérience de pensée, et très brièvement, afin d’aider à mieux cerner la perspective d’une approche par la contingence, la rencontre de séries indépendantes, au sein d’une configuration historique donnée. D’autres éléments invitent en effet à réfléchir cette question de la prévention avec le problème de la dégénérescence des civilisations hantent l’Europe de la Révolution française à 1945. En citant Morel, l’auteur du fameux Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l’espèce humaine et des causes qui produisent ces variétés maladives en 1857, Castel incite à penser cette autre ligne d’intelligibilité où la psychiatrie eut aussi, à côté d’autres disciplines, son mot à dire.

La confession

La confession (Olivier Stanislas Perrin, XIXe siècle)
© MuCEM

Ainsi le psychiatre Henri Ey (1900-1977). Ce dernier posait que le médico-légal était prioritaire sur la démarche assistantielle. D’où il découle que les idiots et les imbéciles ne relevaient pas d’écoles spéciales mais étaient à surveiller par les institutions judiciaires. Il invitait à un diagnostic précoce, entre 3 et 6 ans, avant 3 ans cela lui semblait trop délicat à réaliser, utilisant les tests psychologiques. Il propose en fait une démarche institutionnelle où, suivant le repérage de la gravité de la débilité, différentes filières étaient recrutées : les classes de perfectionnement, les instituts médico-pédagogiques ou les colonies familiales pour les arriérés perfectibles ; les asiles pour les arriérés incorrigibles ; les patronages de surveillance et redressement pour les délinquants. Une ligne de pensée émanant de médecins déterministes (biologiques ou sociaux) qui “ ont érigé la prévention en véritable idéologie. La thématique prophylactique est, par exemple, défendue par les psychiatres Édouard Toulouse et Georges Heuyer ”8.

Deux remarques pour conclure :

– L’implication de l’industrie pharmaceutique. Les amis de Zippy vendus par l’association Partnership for Children dans le but de promouvoir la santé mentale des jeunes scolarisés et qui prend place dans ce panier d’outils comme Brindami, Fluppy ou le fameux Dominique dont le documentaire Enfance sous contrôle donne un aperçu édifiant. La recherche et le développement ont été financé par l’un des deux corporate donor9 de l’association, à savoir l’entreprise pharmaceutique GlaxoSmithKline, l’autre corporate donor, la banque HSBC, aidant au lancement de Zippy Friends en Asie et en Amérique latine.

– Castel montrait que cette nouvelle politique de prévention n’effaçait pas toute intervention classique dans le domaine médico-psychologique. Il existe une sorte de béance entre le repérage informatisé et le traitement proposé qui ne peut se passer de la clinique et donc des pratiques infiniment diversifiées portées par des acteurs nombreux et divers (pédopsychiatres, psychanalystes, psychologues, éducateurs spécialisés, orthophonistes, AMP, etc. en libéral ou en institution). Aujourd’hui, en France, les propos autoritaires et « hors-sols » tenus par l’ex-ministre Carlotti à propos de la prise en charge de l’autisme montrent que la béance pourrait se combler. Le seul traitement compatible avec le diagnostic précoce des troubles, promouvait-elle, ressort exclusivement des méthodes de rééducation prônées par les thérapies comportementales. La « rencontre » des nouvelles politiques de prévention avec la montée de certaines associations de parents porteuses d’un discours victimaire10 violemment anti-psychanalytique – il n’est en rien surprenant, la poussée des approches comportementales aux États-Unis dans les années 1960 s’est faite sur le même mode de discours brutaux envers le-dit freudisme11 – a peut-être permis cela.

Notes :
1. Et Castel est bien dans cette inspiration foucaldienne qui prend d’ailleurs racine dans Nietzsche : il n’y a pas de déploiement dans l’histoire, ou pour dire autrement, il n’y a pas de sens ; mais il est loisible de donner un sens, parmi d’autres possibles, assis sur une contingence donnée parmi d’autres.
2. Le docteur Charles Binet-Sanglé prônait la création de haras humains pour régénérer la race grâce à la sélection scientifique des « bons générateurs » dont il faut assurer, comme il le détaille, l’accouplement, la surveillance de la gestation et l’élevage des enfants d’élite. Il fait ainsi l’éloge de l’anthropogénétique, “ technique la plus propre à engendrer le bonheur ”, pratiquée par les éleveurs et les agriculteurs. Voir Dr Binet-Sanglé, Le haras humain, Paris : Albin Michel, 1918, p. 122. Mais il s’agit aussi de la « répression » des mauvais générateurs. Non leur suppression comme d’aucuns le souhaitent, à laquelle il s’oppose au nom du respect des désirs de l’individu, mais l’encouragement au suicide au sein d’instituts d’euthanasie à créer “ où les dégénérés fatigués de la vie seront anesthésiés à mort à l’aide du protoxyde d’azote ou « gaz hilarant » ” (p. 129).
3. Mais dans les cartons au tout début des années 1970. En effet, dès 1972, il est envisagé d’utiliser l’informatique pour sélectionner automatiquement les « enfants à risques » – la catégorie apparaît pour la première fois dans une circulaire du ministre de la Santé du 1er septembre 1972 – présentant des invalidités et des handicaps devant être suivis.
4. La Commission nationale de l’informatique et des libertés fut créée en 1978. Faut-il le rappeler ? C’est suite au scandale de la révélation en 1974 du fichier SAFARI dont l’objectif était de connecter les données personnelles de tous les citoyens dans toutes les administrations sur la base du numéro INSEE.
5. Loïc Wacquant fait ressortir quelques absurdités du profilage dans un autre cadre. À Denver, la police « profilait » 6500 jeunes suspectés d’appartenir aux gangs de la ville, alors que cette même police estimait que ces gangs comptaient au plus 500 membres. En outre, 90 % des jeunes profilés étaient latinos ou afro-américains alors que Denver est à 80 % « blanche ». Voir L. Wacquant, L’ascension de l’État pénal en Amérique, Actes de la recherche en sciences sociales, 1998, n° 124, pp. 7-26.
6. Et dans ces mêmes années, Xerox développe les outils du benchmarking (comparaison chiffrée des performances).
7. Voir C. Herrenschmidt, Les trois écritures. Langue, nombre, code, Paris : Gallimard (coll. Bibliothèque des sciences humaines), 2007, et notamment la troisième partie.
8. Ce qu’affirme en tout cas J.-C. Coffin, p. 12.
9. Dans le monde anglo-saxon, le terme désigne les sociétés allouant des fonds pour financer sous forme de dons des projets.
10. Et que Hélène Bonnaud épingle comme la dictature idéologique du « je n’y suis pour rien », le déterminisme cérébral ou génétique de l’autisme revendiqué par ces associations contre la cause psychique venant soulager une prétendue culpabilisation des mères portée par la psychanalyse.
11. Voir Régine Plas, Aux origines des thérapies comportementales et cognitives ; psychanalyse, behaviorisme et scientisme aux États-Unis 1906-1970, in : Françoise Champion (dir.), Psychothérapie et société, Armand Colin (coll. Sociétales), 2008.

Sources principales :
Hélène Bonnaud, L’inconscient de l’enfant. Du symptôme au désir de savoir, Paris : Navarin/Le Champ freudien, 2013.
Robert Castel, La gestion des risques. De l’anti-psychiatrie à l’après-psychanalyse, Paris : Les Éditions de Minuit (coll. Reprise), 2011 (1ère éd. 1981).
Robert Castel, De la dangerosité au risque, Actes de la recherche en sciences sociales, 1983, 47, 1, 119-127.
Jean-Christophe Coffin, La psychiatrie des années trente peut-elle dévoiler l’enfant ?, Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, 2004, 6 [voir rhei.revues.org/document695].
Sylviane Giampino & Catherine Vidal, Nos enfants sous haute surveillance. Évaluations, dépistages, médicaments…, Paris : Albin Michel, 2009.


Carnets de recherche