Faut-il craindre les robots ? Probablement pas, mais des robots humains, assurément !

La « disruption » numérique alimente le mythe de la domination voire de l’élimination des humains par les robots. Cinéma et littérature nourrissent aussi le mythe de l’hybridation du corps humain avec des machines, soit pour le réparer, soit surtout pour améliorer ses performances. Certains s’en inquiètent quand d’autres se félicitent des transformations à venir.

© cnrs.fr

Des romans de science-fiction tel le Blade Runner de Philip K. Dick, adapté par ailleurs au cinéma, des séries TV comme Real Humans ou Westworld (dans sa nouvelle version), ou encore des films d’animation notamment japonais à l’exemple de Ghost in the Shell, posent la question de la frontière entre l’humanité et la « robocité ».

©k-actus.net

Ces œuvres nous mettent en garde : les robots sont susceptibles de développer une sensibilité, des sentiments ou sont travaillés par des dilemmes éthiques, quand certains humains paraissent dénués de toute âme. Du reste, dans sa remarquable Théorie du drone, le philosophe Grégoire Chamayou envisage que cette forme de guerre qui s’apparente à une chasse à l’homme puisse produire des psychismes immunisés contre l’empathie.

Indéniablement, ces réflexions traversent la matinale de France culture du 13 janvier 2020 et poussent à poser la question : l’esprit du néolibéralisme rend-il insensible à la souffrance humaine ?

À la barre, le professeur de sciences politiques à Sciences Po Paris Pascal Perrineau, mais parfois simple « Grand commis » en charge du service après-vente de mesures gouvernementales dans une langue mesurée et onctueuse. En l’occurrence, il s’agit de vendre les  « bonnes raisons » de la réforme macronienne des retraites. Et à ce titre, fossoyeur attitré du mot réforme, mot rituel, répété en boucle pour dire tout et son contraire, vidé de ses significations, une notion pétrifiante qui pour le coup apparaît en effet « stupide et hypocrite » comme le proclamait Michel Foucault. Entendons-nous bien : jouer avec les mots, s’amuser  avec leurs différentes significations et les transformer sont inhérents à la langue et il ne s’agit pas d’opposer au nom d’un principe moral les « bons » usages aux « mauvais » usages de la langue. Ce qui est en cause, c’est la réduction managériale de la polysémie des mots au service d’une visée du pouvoir. « Réforme » n’a en fait chez Perrineau d’autres fonctions que d’opposer les modernes (la CFDT et sa culture « mature » de la négociation ) aux fossiles (la CGT et sa culture protestataire) et de faire accepter l’inacceptable par l’opinion en écrivant une histoire du présent du point de vue du pouvoir. Paraphraseur de sondages d’opinion généralement sans grand intérêt, Perrineau a néanmoins un avantage : sa lente diction professorale le rend accessible aux personnes âgées en général, à ma grand-mère en particulier qui tout en l’écoutant peut continuer en toute quiétude son tricot.

Julien Vaulpré ©lopinion.fr

À la barre surtout, Julien Vaulpré, ancien « conseiller opinion » de Nicolas Sarkozy de 2007 à 2011. Ce qui, j’imagine, a dû faciliter quelque peu la fondation du cabinet de conseil en communication Taddeo dont il est le PDG depuis 2011. Un cabinet qui annonce fièrement que « la pertinence des arguments, leur supériorité, leur singularité (…) permet de gagner les batailles de communication. »
Julien Vaulpré parle cash, et il faut lui reconnaître des analyses plus pertinentes que le prêt-à-penser qui plus est chantourné de Pascal Perrineau. Ainsi, Julien Vaulpré parle de la retraite par points non pas dans les termes de la réforme mais comme d’une « transformation extrêmement profonde du pays ». Et à l’encontre de Pascal Perrineau, il affirme que, bien sûr, le système prôné par Macron ouvre bel et bien la voie à la capitalisation, cela ne doit pas être caché.
Barbara Stiegler, philosophe et auteure récemment d’un excellent ouvrage sur le néolibéralisme dont je recommande la lecture, était aussi invité dans la deuxième partie de ces Matins de France culture. Rigoureuse et vigoureuse, elle fit part dans le cours de l’émission de la grande souffrance des étudiants à qui il est demandé de s’adapter quotidiennement à la précarité en capitalisant, de la formation, des petits jobs et bientôt des points retraite. Elle évoqua en particulier ce drame, l’immolation le 8 novembre 2019 devant le CROUS (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires) de Lyon d’un jeune étudiant de 22 ans en situation de grande détresse. Julien Vaulpré parle cash. « La précarité, c’est le sens de la vie », assène-t-il, ajoutant que « nous le sommes tous » et que c’est d’autant plus vrai pour des étudiants de 20 ans dont l’avenir est par essence incertain.

Oui, le robot néolibéral est sans âme.

Pour vous faire votre propre avis, écouter : L’Invité(e) des Matins de France Culture


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.