Les raisons de l’enfance criminelle selon le bon docteur Paul Moreau de Tours

Les morphinées (Georges Moreau de Tours)

Paul Moreau dit « de Tours » (1844-1902) est médecin aliéniste, auteur de De la contagion du suicide. A propos de l’épidémie actuelle (1875), De La folie jalouse (1877) et surtout d’un livre maintes fois réédité sur les pathologies de l’instinct sexuel Des aberrations du sens génésique (1880). Il est le fils de l’aliéniste Jacques-Joseph, illustre pour ses travaux sur les effets des drogues sur le cerveau, auteur du fameux Du haschich et de l’aliénation mentale et fondateur avec Théophile Gautier du célèbre Club des Hashichins que fréquentèrent Baudelaire, Nerval ou encore Delacroix. Son frère Georges est un peintre reconnu.

Adolf Wölfli, St Adolf portant des lunettes, entre les deux villes géantes Niess et Mia (voir www.artbrut.ch/index8498)

Je vais ici moins m’attacher aux thèses somme toute banales développées dans son ouvrage De l’homicide commis par les enfants (1882), que tenter à la fois de restituer le vocabulaire de l’époque et les ambivalences du raisonnement. Elles sont autant de failles qui ouvrent sur une espèce de racisme de classe enfoui sous les sédiments d’une pensée organique.

Stipulons en tout premier lieu que cet ouvrage semble s’inscrire dans une préoccupation contemporaine. L’auteur rappelle en effet dans l’avant-propos que l’attention publique fut récemment attirée par la presse sur des crimes perpétrés par des enfants qu’il qualifie d’atroces, c’est-à-dire échappant à l’entendement. Plus loin, il fera remarquer “ ce phénomène qui semble appartenir plus particulièrement à notre temps : la précocité dans le crime ” (p. 38-39). De fait, le regard porté sur l’enfance délinquante est de plus en plus hostile dans la deuxième moitié du XIXe siècle, dans un contexte théorique qui privilégie l’idée que le criminel est porteur en lui d’une pulsion meurtrière, d’un instinct carnassier et un contexte social d’industrialisation et d’urbanisation.

Paul Moreau de Tours soutient l’idée couramment admise à l’époque de l’innéité de la tendance au crime. Ce que les “ les jeux de la nature ” ont accordé de “ vices ” et de “ nullités ” (p. 10) aux hommes grossiers trouvent chez l’enfant un terreau extrêmement fertile. Pour Paul Moreau de Tours – et bien d’autres – la nature de l’enfance est dominée par “ les instincts les plus exigeants ” (p. 4) afin de satisfaire ses besoins immédiats, purement nutritifs et sensitifs. Les enfants sont par conséquent naturellement gourmands, capricieux, voleurs, irascibles, versatiles, impatients, dénués de tout souci de l’avenir, tourmentés par une volonté farouche d’être obéis et cette jalousie “ qu’on retrouve chez les peuples non civilisés, primitifs… également dans les espèces animales ” (pp. 5-6). En bref, les enfants sont donc intrinsèquement des diables préférant le mal au bien, des tyrans cherchant à exercer leurs “ facultés dominatrices ” (p. 6) et des bourreaux se délectant dans la torture des animaux.

À ces enfants qu’il qualifie de « normaux », Paul Moreau oppose les enfants « défectueux » ou « incomplets ». Ces derniers sont victimes de ce qu’il nomme “ les lois immuables et fatales de la dégénérescence ” (p. 12), de leurs antécédents héréditaires – ces « instincts cruels » et ces « dispositions organiques vicieuses » qui sont “ légués aux enfants par leurs parents ” (p. 22) –, et de leur organisation (physiologique et anatomique). Il note certes l’“ influence perfide ” de la civilisation, la lecture, le théâtre, les gravures, la grande publicité des crimes par la presse poussant les enfants à vouloir leur “ heure de célébrité ” (p. 13). Mais le facteur déterminant réside dans le “ germe de la perversité ” qui loge en eux et Paul Moreau souligne à ce propos que Commode, Caligula, Néron, Louis XI et bien d’autres dont il dessine le portrait à charge, étaient des enfants cruels : “ La fureur homicide, la rage de destruction, ne s’observe pas seulement chez des idiots, chez des aliénés, mais qu’il est des êtres qu’on peut appeler des incomplets, qui, à côté des facultés intellectuelles les plus élevées, poussent jusqu’au dernier degré la jouissance du mal ” (p. 17). Des idiots, des aliénés, des incomplets… Mais ce que de manière globale défend Paul Moreau, c’est la nature morbide des actes criminels : la folie conduit au meurtre et c’est elle qui explique la criminalité.

Mort de Mme de Lamballe (monochrome, 1908) © RMN/F. Vizzanova
Mort de Mme de Lamballe (monochrome, 1908) © RMN/F. Vizzanova

Ces lois ne paraissent toutefois pas aveugles. De même que la misère s’abat toujours sur les pauvres gens, la dégénérescence criminogène touche prioritairement les enfants des classes misérables qui forment selon les dires de Paul Moreau un « véritable État dans l’État » dans les grandes villes d’où se propage, telle une maladie, la population criminelle (p. 11). Et si les effets de la dégénérescence opèrent aussi dans les “ grandes familles ” – là où règnent des parents dignes, à l’instruction sévère tempérée par une heureuse tendresse, dit-il ailleurs (p. 11) – affectées par le “ vice phrénopathique ”, ces faits “ incontestables ” demeurent “ heureusement assez rares ” (p. 18).

Les lois de l’hérédité légitiment d’une certaine manière l’ordre social et c’est probablement à cette aune qu’il faut comprendre la distinction que Paul Moreau effectue entre d’une part, les individus civilisés et criminels et, d’autre part, la classe des criminels héréditaires et la “ nature incurable ” de leur crime (p. 23). Certes, il précise que cette distinction nécessite des “ degrés et des nuances sans nombre ” (p. 23). Ce ne sont toutefois que précautions langagières dénuées de tout début d’explicitation. Si l’on imagine que l’éducation peut sauver les premiers, elle ne peut faire disparaître la mauvaise hérédité des seconds, simplement contribuer à la “ diminution du mal moral ” (p. 50). L’organologie – le cerveau et les altérations de sa structure occupe ici une place de choix – de Paul Moreau masque mal les préjugés sociaux de son temps. Ainsi, la puberté qu’il compare à une sorte d’état morbide favorisant la survenue de la folie dans les corps d’enfants en proie à une “ turgescence généralisée ” ne fait pas affluer des “ passions excentriques ” ne manière uniforme : “ on observe principalement cet état parmi les domestiques, les serviteurs de fermes, les individus d’une intelligence bornée ”, alors que son expression est moindre chez les enfants de bonne famille (p. 83). Il me semble que le style est au service de ce que j’ai appelé faute de mieux un racisme de classe. À l’instar du reste de nombre d’écrits de ce même tonneau, la thèse accumule les facteurs explicatifs, tous apparaissant plus déterminants les uns que les autres, l’hérédité ici, le vagabondage là, les passions ailleurs, mais aussi les manies, l’alcoolisme, le caractère, l’exaltation générale du système nerveux, etc. Cet inventaire à la Prévert contribue à dresser un tableau particulièrement noir de la situation dans lequel les classes pauvres se présentent comme une menace qui plane sur la société.

Rationaliser, et légitimer l’ordre social par la même occasion, est une vieille histoire. La religion a longtemps occupé de manière hégémonique cette place : son explication des origines de l’univers et des rapports qui se mettent en place entre tous les éléments de cet univers a offert et continue d’offrir un fondement cosmique à l’ordre social. L’anthropologie montre que cette fonction de la religion est universelle. La science s’est invitée à cette table depuis au moins le XVIe siècle et la première mondialisation ibérique. Le XIXe siècle voit l’avènement de la biologie dans ce rôle de justification des places de chacun. C’est sous sa bannière que se sont rangées les thèses en faveur de la colonisation, de l’esclavage ou des différences raciales. Dans le magnifique ouvrage La mal-mesure de l’homme (1989), le paléontologue Stephen Jay Gould évoque ce médecin américain S. A. Cartwright qui, à la fin du XVIIIe siècle, inventa une maladie mentale : la drapétomanie, c’est-à-dire le désir maladif de fuir. Elle est la cause des tentatives de fuite des esclaves noirs des plantations. On en retrouve d’ailleurs quelque accent dans la prose de Paul Moreau. Il s’agit là du vagabondage qui est “ pour certains enfants, principalement à Paris, un instinct, une manie, une véritable affection mentale, une perversité inconsciente ” que notre aliéniste voit “ presque toujours à l’origine des délits et des crimes ” (p. 35).

Si cet ordre social est juste, il mérite donc d’être défendu. Paul Moreau s’y emploie. Dans la mesure où “ le pronostic est fatal. Qui a tué tuera ” (p. 158), constat dans lequel la théorie du criminel-né de Lombroso résonne avec force, il s’agit de défendre la société. Et à ce titre, Paul Moreau trouve insuffisant la répression des crimes de ces enfants, ces êtres “ de nature spéciale, de ces natures morbides dans leur essence même ”, que “ le génie du mal domine ” et qui sont “ dans un continuel état de guerre avec leurs semblables ” (p. 189). Les maisons de correction ne peuvent les corriger, poursuit-il, au contraire, elles peuvent les rendre plus haineux envers la société. L’article 67 du code pénal qui condamne les mineurs à une peine de détention de 20 ans au maximum lui semble très insuffisant. Pour la sauvegarde la société, il faut à ces yeux mettre ces enfants hors d’état de nuire, soit en les transportant aux colonies, soit en internant – on imagine à perpétuité, mais Paul Moreau ne le spécifie pas – dans des maisons de santé ceux qui sont fous ou faibles d’esprit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.