Mépris de l’intelligence, brutalisation de la recherche et de l’enseignement

Et si l’on cherchait à respirer ?

Quel est ce vice, ce vice horrible,
de voir un nombre infini d’hommes,
non seulement obéir, mais servir,
non pas être gouvernés, mais être tyrannisés
Étienne de la Boétie, Discours de la servitude volontaire (1576)

Le capitalisme a aussi sa « politique » de la culture
qui pour être plus insidieuse n’est pas moins aliénante.
Il sélectionne les activités de l’esprit sur des critères de
bonne performance : la valeur du livre se jauge à son chiffre
de vente, d’un enseignement au nombre d’étudiants inscrits,
d’une émission au taux d’écoute, d’une invention scientifique
à ses retombées technologiques… Socrate, outre qu’il
échouerait devant le CSCU, aurait du mal à obtenir des
crédits sur projet.
Jean-François Lyotard, Tombeau de l’intellectuel et autres papiers (1984)

scottie wilson
Scottie Wilson © Collection de l’art brut, Lausanne

Que LOR, LRU, LLRU, ANR et AERES1, et en attendant CNRS, changent ou changeront profondément le PRU (Paysage de la Recherche et de l’Université) en passe de devenir le PRU sous Régime de l’Intermittent du Travail, personne n’en doute. Que ces transformations se fassent contre le désir d’une grande partie de la communauté des chercheurs et des enseignants n’est un secret pour personne. Leur caractère bâclé et grotesque ne fait même plus débat. Cela fait longtemps que nous savons que les mots de modernisation et d’adaptation sont devenus le refuge de la paresse intellectuelle la plus crasse, le cache-sexe de plus en plus riquiqui des pensées les plus réactionnaires. La modernisation donc, par essence toujours en mouvement. Hier la santé, aujourd’hui la recherche, demain à 11 heures l’éducation ou la justice. La modernisation donc, forcément pour un monde meilleur. Les cités utopiques ont pourtant continuellement distillé un parfum totalitaire, de la Cité du soleil du moine dominicain Campanella avec ses impératifs de joie et d’harmonie à la Cité sportive des futuristes italiens avec leur culte de la performance virile. Aujourd’hui, ce qu’on pourrait peut-être appeler la Cité managériale ou plus sûrement la Cité du chiffre, finement pilotée, mesurée, quantifiée pour le bonheur de tous. Et comme toutes les cités idéales, elle n’a pas besoin des individus pour se développer, elle les écraserait plutôt s’ils ne la suivaient pas.

Alors de quoi s’agit-il ? En allant au plus pressé, il s’agit pour l’État de répondre à la question somme toute légitime du mode d’organisation de la recherche le plus favorable à une utilisation efficiente des ressources publiques. Non seulement l’État se la pose à lui-même mais il se répond à lui seul, à défaut d’en répondre. Et il le fait en s’octroyant le rôle de superviseur autoritaire qui cherche à inciter les acteurs – vus comme des exploiteurs de rente de situation, naturellement opportunistes, et utilisateurs stratégiques des failles du système pour minimiser leurs efforts – afin que ces derniers adoptent des comportement vertueux dans le but de maximiser leur contribution personnelle à la production. Et ceci, grâce à la mise en concurrence, à l’adoption des outils de gestion tels que la contractualisation, le projet, l’évaluation quantitative de la performance, la responsabilisation dans ce sens où chacun est enjoint à devenir le petit entrepreneur privé de sa recherche, gestionnaire des fonds qu’il a collecté, manager du personnel qu’il devra embaucher. L’ANR et ses petits signent l’entrée en force d’un lexique apolitique et managérial qui nie que la recherche est avant tout un système culturel et politique, la concevant comme un système productif comme un autre, auquel il s’agit d’insuffler l’esprit du capitalisme pour qu’il tourne rond. Remarquons enfin que le nouveau modèle ne conjugue pas les mots de liberté et d’autonomie, mais de centralisation et de bureaucratie. Je dis ceci uniquement pour ceux qui, moins cyniques que croyants, proclament que les réformes libérales sont des réformes de liberté.
À ce titre, la réforme paraît timorée et peut encore décevoir. À l’heure des tests psychotechniques de recrutement, d’aucuns regretteront que le test dit du « Nonos-à-son-Toutou » (intraduisible en anglais) ne soit pas instauré à l’entrée au CNRS ou à l’université.

C’est donc l’air du temps, ce sera la Nouvelle Politique de Recherche, quoi de plus prévisible, de plus convenu ? Mais aussi et surtout de tragique, dans cette urgence à laquelle cette NPR est en train d’enchaîner la communauté des chercheurs et des enseignants. Servitude volontaire en fait, car au fond elle ne dépend que de nous, de notre assentiment à vouloir, comme le chantait Kraftwerk, ♫ fahren auf der Autobahn ♫. Alors que la recherche fleurit si bien sur les chemins de traverse, là où nous devrions traîner nos guêtres en fait. Car ce que les SF (Sigles de la Réforme) méprisent, c’est l’idée que la recherche est d’abord affaire individuelle, l’acte posé par quelqu’un qui prend son pied à cheminer sans autre but que de produire des savoirs là où il se sent impliqué. Nulle téléologie de la découverte là-dedans pour guider ses pas, la recherche est une activité chemin faisant mue par le désir de comprendre. La recherche part donc d’abord de nous, ce que ne manquera pas de noter scrupuleusement le comptable : 70% de l’investissement du CNRS passe dans le personnel. Bien sûr, le comptable authentiquement scrupuleux rétorquera qu’il s’agit d’un coût. La science est donc une expérience de la vie – on peut ne pas vouloir l’entendre, il est plus difficile de le nier, mais certains peuvent aussi s’en passer : je crains que ce soient ces sinistres qui rêvent de la gouverner – perpétuellement renouvelée : ou bien on invente ou bien on est un formulaire qui répète. Je me rends compte que je suis incompréhensible, je m’empresse de traduire en langue managériale : le cœur du processus de la recherche scientifique est hautement impacté par le paramètre personnel. C’est bien plus lumineux.

Je pense que face à l’entreprise idéologique de démolition actuelle, il ne peut être question de sauver les meubles déjà vendus. La catastrophe annoncée aura beau être au rendez-vous, je ne crois pas que cela changera grand chose au niveau de ceux qui nous gouvernent. Je ne vois en effet aucune raison pour qu’un quelconque principe de réalité finisse par s’imposer aux décisions de l’auguste, moins bouffon qu’imperator finalement : la jouissance du pouvoir, et donc de son abus, est au commande. Un seul exemple : un éminent réformiste déclarait récemment que les presque 5000 CDD de trois ans créés par l’ANR allaient permettre d’améliorer le CV des jeunes doctorants, voire post-doctorants et donc leur employabilité. À quel principe de réalité obéit un tel énoncé quand on connaît la situation de l’embauche des jeunes docteurs dans le secteur privé ou l’évolution de l’emploi public ? Sans parler du mépris insupportable de ce propos qui considère qu’un thésard est insuffisamment formé pour prétendre à un emploi stable.

Je n’ai pas de solution bien sûr face à ce qui se présente comme intolérable, si ce n’est de ne pas le tolérer ! Les choses se faisant sans nous, il me semble qu’il n’est d’autre choix que celui d’inventer. Sinon, nous aurons toujours un temps de retard, confinés dans la pure action défensive ou les revendications qui pour justes qu’elles soient (budget, refus d’un asservissement aux logiques marchandes, renforcement de l’autonomie vis-à-vis des instances politiques), semblent un peu courtes. Il serait bien présomptueux mais surtout paradoxal de ma part de dessiner un programme d’inventions en la matière : je n’ai évidemment pas de solutions. Je crois juste qu’affirmer l’impératif d’inventer oblige au moins à échanger des bouts d’idées. À ce titre, je propose sous forme d’interrogations ces fragments de pensée.
Inventons d’autres manières de travailler. En sciences sociales par exemple, le laboratoire est-il l’horizon indépassable du vivre ensemble pour produire des connaissances ? Peut-on raisonnablement décloisonner les disciplines si le système éducatif produit tendanciellement des esprits plus aptes à la répétition qu’à la création qui exige pour le moins d’introduire un peu de distance ironique vis-à-vis des savoirs ? Bref, si le système cherche plus à fabriquer des experts que des esprits critiques ? Est-il raisonnable encore de laisser ce système éducatif poursuivre plus longtemps la production d’esprits capables d’écrire dans ce charabia technocratique insupportable les appels d’offre de l’ANR ?
Inventons d’autres manières de nous inscrire dans la cité, d’assumer notre présence au monde. Pourquoi ne pas chercher à s’investir dans l’espace de la parole, celui d’un verbe vivant, dans de nouveaux espaces à créer, ceux de la rue, de la place, dans les cafés, dans les universités populaires, partout où il s’agira d’exprimer une voix, depuis un lieu, qui s’adresse à quelqu’un, dans un périmètre circonscrit, si l’on ne veut que ce soit un simple écho qui rejoint le brouhaha du monde et ne s’adresse à personne ? Est-il raisonnable et honnête de lier structuralement la condition du savant – que ce soit par le type de savoir qu’il maîtrise ou par l’usage méthodique du doute qu’il pratique – à la cause de la liberté pour justifier cette présence ?

Poser des questions prend du temps, y répondre, n’en parlons même pas ! Pourquoi dès lors ne pas en appeler non à une année sabbatique mais à une année de respiration la plus généralisée possible, sur une base volontaire ? Et prendre ainsi le temps de faire circuler d’une part une parole entre nous et d’autre part vers le public, mais aussi vers d’autres secteurs de la vie sociale aujourd’hui en souffrance par rapport à la sadisation2 qu’opèrent un peu partout la rationalité managériale et la folie évaluative ; le temps de la réflexion pour définir sa position quand les annonces gouvernementales poussent au contraire à courir, sans donner le temps de souffler, d’une prise de position à l’autre ; le temps d’imaginer des formes de contestation originales ; le temps d’imaginer de nouvelles structures de recherche qui nous permettraient de continuer à respirer, peut-être en dessinant des formes plus artisanales de recherche, loin de la seule idée de grands projets bâtis pour résoudre les problèmes du temps plus urgents les uns que les autres. Du type, pour l’exemple, de cet appel à projet 2007 de l’ANR qui propose de trouver des solutions aux problèmes de « gouvernance et de gouvernabilité ». Non que les enjeux politiques ne puissent en rien stimuler la production de connaissances. Dans le cas épinglé toutefois, les termes trahissent les visées des épistémocrates, pour reprendre le néologisme bourdieusien : je ne suis pas sûr qu’un thème sur les fichiers de police, la rétention de sûreté ou les peines planchers – outils de la gouvernance moderne – trouve sa place dans cet appel d’offres. Respirer en négligeant AERES, CRAC3, cette manière doucereuse de nous inviter à notre propre évaluation pour alimenter les machines du chiffre et de la comparaison internationale : tout au plus, la France régressera dans le classement de Shanghai, malgré la réforme. En serons-nous vraiment gênés ? Respirer en déclinant les appels d’offre de l’ANR : est-il si sûr que nous en sortirons asphyxiés ? Après tout, nous nous retrouvons tous dans l’idée que la recherche s’exerce sur une temporalité autre que celle du politique … Mais nous ne nous en servons pas, bien au contraire, nous ne cessons d’œuvrer dans l’urgence, alors qu’au fond le seul luxe de la recherche c’est la lenteur. Un paradoxe ? Bien plutôt une chance à saisir pour affirmer que nous sommes bien responsables de notre existence de chercheur si nous ne voulons nous condamner à seulement la traverser.

DARTIGUES Laurent, le 18 septembre 2008

Notes

1. Loi d’Orientation sur la Recherche, Loi de Réforme des Universités, Loi sur les Libertés et les Responsabilités des Universités, Agence Nationale de la Recherche, Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur : la prolifération du sigle est bien sûr le signe indiscutable de la modernité réformatrice.

2. Je reprends ce terme employé à juste titre à mes yeux par Jacques-Alain Miller dans la revue LNA, n°8, fév. 2008.

3. Le Compte Rendu Annuel d’Activité (des chercheurs), un acronyme qui ne provoque pourtant pas d’addiction, plutôt un rejet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.