Réforme des retraites, manifestations et majorité silencieuse

À l’occasion des manifestations massives qui ont égrené l’automne 2010 à propos de la réforme des retraites, le Premier ministre Fillon et bien d’autres hommes ou femmes politiques ont mis en avant la notion de « majorité silencieuse ». Il s’agissait d’opposer à une minorité de grévistes et manifestants arpentant le bitume pour contester les termes de la réforme, une majorité de Français approuvant silencieusement ce projet. C’est évidemment de bonne guerre. On peut le regretter, mais cela relève du jeu politique et des éléments de langage diffusés dans l’espace public pour discréditer symboliquement des mouvements sociaux. Je ne crois pas que la dimension tactique du propos ait échappé à quiconque, la ficelle est bien grossière. Mesurer une opinion est déjà en soi une opération fragile. Que dire dès lors de ce qui n’est au fond qu’une opinion sur l’opinion d’une majorité ne s’exprimant pas par définition ?

Le terme mérite toutefois l’attention, c’est un mot du politique dont on peut imaginer qu’il puisse néanmoins avoir une certaine efficacité dans la construction sociale de représentations. Il convient donc de déployer l’espace des significations implicites qu’il charrie et de montrer les ambigüités de ses usages. Le remarquable ouvrage de Pierre Laborie, Le chagrin et le venin. La France sous loccupation, mémoire et idées reçues, récemment publié, va me servir de fil conducteur.

Faisons d’abord une escale avec Laborie chez Primo Levi. Dans Les naufragées et les rescapés. Quarante ans après Auschwitz, Primo Levi réfléchit à la notion de « zone grise » (chapitre 2). Cherchant à rendre compte de la complexité des rapports humains à l’intérieur des camps nazis, l’idée de « zone grise » vient inquiéter la représentation rassurante d’un affrontement entre deux blocs, d’un côté les victimes, de l’autre les bourreaux. Ce que Primo Lévi désigne aussi sous le terme de « bande grise » dessine au contraire toute une palette de nuances qu’estompe l’idée de collaboration. Les motifs de collaboration sont infinis, précise-t-il, de la terreur au calcul lucide, de l’endoctrinement idéologique à la lâcheté ; toute une gamme d’arrangements, de compromis, de compromissions, de sens de la situation président aux actes de collaboration.

D’une certaine manière, la « majorité silencieuse » – ou à l’inverse, la « minorité active » – peut être vue comme une « zone grise » que le politique s’évertue de réduire à petits ou gros feux pour ne conserver que le précipité auquel il attribue les propriétés qui lui conviennent le mieux.

Fillon a beau jeu de réduire le silence à l’assentiment de la politique gouvernementale, le réel invitera peut-être à plus de prudence : le silence ne vaut pas approbation. Acquiescement peut-être, encore faudrait-il tout de suite préciser : exprès ou tacite ? Accord éventuellement, encore faudrait-il ajouter : sur l’ensemble du texte ou uniquement sur certains points ? D’autres motifs sont également envisageables : retrait, désintérêt, ressentiment, etc. De la même façon, la vaste toile irisée de la minorité agissante peut être tissée des fils aussi variés que l’opposition farouche, le dissentiment, le dégoût, le désaccord partiel, le réflexe partisan, etc. Ainsi, on peut être dans la rue et approuver la réforme en ce qu’elle aligne les retraites des fonctionnaires sur celles du secteur privé ; ou bien approuver la politique de Sarkozy et manifester contre cette réforme. Comme le souligne Laborie, “ l’ambivalence est un trait majeur des attitudes collectives ”. À condition de dépouiller le mot « ambivalence » de ces habits intentionnalistes, de le laver des idées de calcul et d’opportunisme pour y voir une caractéristique de l’action humaine qui ne fonctionne pas sur une logique de la contradiction, mais bien plutôt sur une non-conscience de celle-ci.

S’il convient de traiter symétriquement, en appliquant les mêmes outils conceptuels, la « minorité (agissante) » et la « majorité silencieuse », il sied toutefois de les différencier. L’une n’est pas l’inverse de l’autre, certes au motif qu’il y a des zones de recouvrement. La limite est donc floue entre les deux ensembles, mais dans le même temps on peut dire qu’une frontière les sépare dans le sens où la « minorité » a une existence en tant qu’expression organisée et ritualisée sous la forme de la manifestation.

De toutes les illusions qui tentent de dégager des tendances collectives au sein de ce qui fondamentalement se présente comme dispersion et mouvement, la notion de majorité silencieuse a l’immense avantage d’être hautement chimérique et de pouvoir donc être parlée par n’importe quelle langue soucieuse de faire passer sous la toise la réalité multiforme et changeante.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *